Contes de la mer du Nord


RÉSUMÉ

Aux côtés de Jean Ray, Thomas Owen et Jean Muno, Gérard Prévot est considéré comme l’une des plus grandes voix du fantastique belge. Parus en 1986, dix ans après la mort de l’auteur, ses Contes de la mer du Nord consistent en une sélection de onze récits réalisée par Jean-Baptiste Baronian, au départ du Démon de février (1970), de Celui qui venait de partout (1973) et de La Nuit du Nord (1974). C’est ce recueil introuvable et largement commenté que nous avons souhaité restituer…




NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Relire Gérard Prévot est toujours un moment riche. Et l’on se dit que c’est une réelle injustice qu’il n’ait jamais été apprécié à sa juste valeur. Peut-être cela vient-il de sa relative marginalité et du fait qu’il a écrit dans des genres très différents : poésie, roman, nouvelles fantastiques, romans populaires ?Au début des années 70, il envoie à Jean-Baptiste Baronian, alors directeur littéraire de Marabout, des nouvelles qui vont constituer quatre livres. En 1986, dix ans après la mort de Prévot, Baronian rassemble onze contes tirés des différents volumes ; c’est ce choix qui est réédité aujourd’hui.On a qualifié son fantastique de « métaphysique », ce qu’il est. Ses questionnements sur le…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:mort - "Contes de la mer du Nord"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le souffle de ma Mamie

Au fond de son armoire, une petite fille découvre un ballon tout plissé. Un restant de fête d’anniversaire, une trace d’un souvenir. C’est sa grand-mère, disparue depuis peu, qui l’avait gonflé. Alors, cette enfant imagine le chemin que pourrait emprunter le souffle de sa Mamie si elle le laissait s’échapper. Au fil des pages, c’est un voyage tout en délicatesse comme une plume qui s’envole qui emporte avec lui le lecteur et ses pensées. Cet album aborde avec poésie et pudeur les thèmes de la mort, du deuil et du retour à la vie. Il est judicieusement écrit à la première personne du singulier. Ce « je » permet aux plus jeunes lecteurs de s’identifier au personnage. Les teintes dominantes utilisées par Catherine Metzeyer passent des couleurs froides aux chaudes en fonction des émotions véhiculées dans l’histoire. Chaque double page permet également de voyager à travers les yeux de cette petite fille qui va peu à peu laisser reprendre le cours de sa…

Construire un feu

L’édition originale de Construire un feu date de 1907. Sa première…

Papy de Neige

Pour réaliser Papy de neige , les Editeurs ont réuni une jeune illustratrice dont c’est le premier album et un auteur chevronné pour ado et adultes qui s’adresse ici aux enfants. C’est l’hiver. Il neige fort. Le jeune narrateur (ou peut-être est-ce une jeune narratrice ?) et son Papa construisent un grand bonhomme de neige. Avec tout ce qu’il faut pour qu’il ait l’air d’une vraie personne. Des noix pour les yeux, une écharpe, un chapeau et des gants. Quand la neige s’arrête de tomber, le bonhomme commence par résister. Le soleil lui donne de l’éclat. Mais petit à petit, l’air se réchauffant, le bonhomme se met tout doucement à rapetisser, à rétrécir, à fondre. Jusqu’à n’être plus qu’un petit tas blanc sur le sol. Ce que je ne vous ai pas dit c’est que le jeune narrateur avait un Papy. Sans que le mot ne soit jamais prononcé, le lecteur a compris que ce Papy - le papa de son papa - est mort. Or ce papy adorait la neige. « Il disait que la neige apaise la tristesse et la colère ». Et pour le gamin, le bonhomme de neige « beau et fier » ressemble à son Papy. A tel point qu’accompagner l’homme de neige dans sa courte vie, lui permet de revivre les derniers moments avec son Papy et d’accepter l’inéluctable. D’une certaine manière, la neige a apaisé la tristesse de l’enfant et peut-être même sa colère.…