Clac la trappe !


RÉSUMÉ

Que se passe-t-il donc dans cet étrange grenier ?  « Clac ! La trappe happe Jack. La trappe le chope par la culotte. Le croque presque. Jack est sous le choc… » Jack, c’est le petit livreur de pièces montées. Il ne sera pas le seul à se faire aspirer. Tanguy le poinçonneur, Eliot le papetier, Liselotte la chapelière, Renzo le facteur de pianos… les voilà tous plongés dans l’obscurité à côté de l’armure de grand pépé.  Sans se douter de ce qui est en train de se jouer,…

  lire la suite sur  Littérature de jeunesse

À PROPOS DE L'AUTEUR
Loïc Gaume
Auteur et illustrateur de Clac la trappe !

Né le 11 septembre 1983 à Pontarlier, France

Baccalauréat arts-appliqués BTS design graphique et médias imprimés, Lycée Pasteur, Besançon Communication visuelle et graphique, l’ENSAV La Cambre, Bruxelles

« Un trait sûr, appuyé, assuré donc et pourtant délicat, suit avec constance les méandres des figurations, ou prend plus sûrement encore la voie de la réduction ou du symbole. Des formes-couleurs, denses et lumineuses, dont le tremblé du contour n’exclue en rien la netteté et la force visuelle, évoluant elles aussi entre reproduction et schématisation. Voilà qui suffit à constituer la palette du créateur Loïc Gaume, avec laquelle il explore (…) des univers eux aussi comptés : le détail, la cartographie, l’architecture, les animaux, les contes (…). » (Sophie Van der Linden – Revue Hors Cadre[s], mars-septembre 2017)

Lauréat d’une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide à la création, 2017  

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Clac la trappe !"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16280 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Amath et le Lwas

« Amath a sept ans et quelques chèvres ». Il a aussi une famille, un village aride dans lequel poussent très peu de plantes et son plus grand trésor est un beau livre d’images de plantes et de fleurs africaines. Il voyage et il rêve, de découvertes en surprises jusqu’au jour où il rencontre le Lwas, l’esprit des arbres et du monde végétal. Grâce à de modestes cadeaux, Amath reçoit en retour des graines et des bouquets qui poussent comme par miracle. « Il jardine l’Afrique, sarcle, racle et récolte ». Il est courageux et vaillant à l’ouvrage. Et si rêve et réalité s’étaient rejoints ? Le village d’Amath devient un havre de verdure et Amath s’épanouit dans sa terre natale. Certains duos produisent des œuvres magnifiques. En voici un parfait exemple. Maylis Daufresne propose une douce mélodie des phrases, dans laquelle chaque mot choisi est pesé, rythmé et agencé pour le plus grand bonheur de celui qui lit. Vient ensuite le plaisir des yeux nourri par les doubles pleines pages de Nathalie Paulhiac. L’ambiance africaine se traduit dans les champs chromatiques du jaune et du rouge. Toute une gamme de couleurs pour traduire différentes émotions. Rien n’est laissé au hasard. Tout est rempli, au sens propre et au sens figuré ! Textes et images inondent le lecteur, l’habitent et ne le laissent pas indifférent. Il est ainsi des albums au récit initiatique qui se consomment en plusieurs…

En deux bouchées

« La nuit, je rêve que je suis un steak. » Voilà le cauchemar récurrent d’un…

Le livre de la jungle

L’histoire du « livre de la jungle » n’est plus à présenter. Ce ne sont pas les versions et adaptations qui manquent. Adopté par une famille de loups, Mowgli, un jeune petit d’homme, va apprendre les lois de la jungle. Entouré de Baloo, l’ours débonnaire et la panthère Bagheera, toujours alerte, il se défendra contre les attaques de Shere Khan, le tigre cruellement tenace et contre les Banda-log, singes sans foi ni loi. Loin d’une certaine mièvrerie plus consensuelle, Kid Toussaint propose dans son adaptation librement inspirée de l’ouvrage de Rudyard Kipling, une version plus sobre et intelligemment scénarisée pour les jeunes lecteurs. Ce conte philosophique, métaphore animalière du récit initiatique du destin universel, est soutenu grâce aux aquarelles de Gabriel Lefèbvre. Chaque double page est composée de son texte et de son tableau. Cette relation texte/image sert la progression de l’histoire en se complétant : trame narrative, suspense, aquarelles, décors et détails. Certains traits d’humour apportés dans quelques dessins adoucissent le côté parfois cruel ou anxiogène du récit. A chaque fois, le lecteur désire poursuivre et se retrouve à son tour un peu orphelin quand arrive la fin. Mais est-ce…