C'étaient des scailtons, des fendeurs de pierre


RÉSUMÉ

Archives officielles, études spécialisées, illustrations et plans d’époque, rapport moraux des derniers ardoisiers, l’auteur a mis tout en oeuvre pour reconstituer, avec toute la vérité possible, la vie de cette industrie – et, avec toute la simplicité requise, le courage quotidien et sans emphase du scailton.

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Albert MONIN
Auteur de C'étaient des scailtons, des fendeurs de pierre
Né à Alle sur Semois, fils de cultivateurs de tabac, Albert Monin effectua des humanités gréco-latines à l'Institut St Jean Berchmans à Liège. Sa condition modeste ne lui permit pas d'entreprendre des études d'histoire comme il le souhaitait. Il compléta dès lors sa formation par des cours du soir en comptabilité et des études de bibliothécaire. Après la guerre et un emploi de magasinier de courte durée, il fut embauché par la Société métallurgique de Prayon (siège de Prayon) où il resta jusqu'à la fin de sa carrière professionnelle, exerçant successivement les fonctions de comptable puis de responsable du Service des archives.Passionné par son Ardenne natale et par le duché de Bouillon, il entreprit très tôt, dès 1950, des recherches historiques sur la révolution Bouillonnaise et la Basse Semois pendant cette période troublée s'étalant entre 1789 et 1830. Un premier ouvrage, résultat de ces recherches, fut publié en 1974. Il s'attacha ensuite à décrire le mode de vie en Ardennes "au bon vieux temps", la culture du tabac de la Semois, puis le travail dans les ardoisières. Trois autres ouvrages virent ainsi le jour. Lors de son décès, à l'âge de 67 ans, il préparait un autre livre consacré aux métiers du fer et encore à la culture du tabac.Il avait établi de nombreux contacts dans sa région, notamment avec Marcel Pignolet du Cercle d'histoire et de folklore des terres d'Herbeumont à Orchimont. Il bénéficia à l'époque des services du Livre luxembourgeois qui l'aida à diffuser ses ouvrages. Dans le cadre de ses recherches, de nombreux contacts furent évidemment établis avec des archivistes et historiens renommés mais également avec de nombreuses personnes ayant directement ou indirectement des informations et témoignages à lui apporter sur ces différents sujets.Son oeuvre se caractérise dès lors par un travail minutieux et rigoureux de recherche historique largement documenté et illustré par des documents d'archives, des photos d'époque, des témoignages, des cartes et relevés topographiques. Il contribua également à l'ouverture du Musée du tabac de Vresse sur Semois à l'occasion de laquelle il réalisa un guide pour les visiteurs.Certains de ses ouvrages sont disponibles dans différentes bibliothèques comme la bibliothèque communale "Les Chiroux" à Liège et la bibliothèque de l'Université de Liège (siège d'Arlon).

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "C'étaient des scailtons, des fendeurs de pierre"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9631 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'Ardenne antique

Les dieux déchus Des milliers d'années durant, l'homme a vénéré les eaux, les arbres, les pierres, les sommets, les astres. Née de cette religion naturaliste, une foule de dieux et de divinités aux profils parfois complexes a régné sur les croyances et les superstitions de nos ancêtres gaulois, puis gallo-romains. Parmi eux, on distingue notamment Ésus, Teutatès,…

Le clan des cerfs

Épuisé.Comment vivent les cerfs entre eux, quel est le degré…