Certains l'aiment noir



À PROPOS DE L'AUTEUR
Philippe Foerster
Auteur et illustrateur de Certains l'aiment noir
Né à Liège en 1954, Philippe Foerster a tout naturellement intégré l'atelier BD de l'Institut Saint-Luc, à Bruxelles. Il y a notamment côtoyé Andreas, Berthet, Cossu, etc.. Son activité, qui se développe depuis 1982, produit une trentaine d'albums, dont Pinocchio (1982) est le deuxième dans l'ordre chronologique. Citons les séries Starbuck (Dupuis), Silex Files et Gueule de Bois (Le Lombard). On retiendra encore ses scénarios illustrés par Philippe Berthet : L'Oeil du Chasseur (Dupuis) et Chiens de Prairie (Delcourt). Le Confesseur sauvage (Glénat) est sorti en 2015.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Certains l'aiment noir"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le bon père frédéric : messager de dieu de la Flandre au Québec

La vie de Frédéric Janssoone, franciscain ordonné prêtre en 1870, missionnaire et prédicateur, béatifié…

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…

Le poison vert

Dessins d'Edouard Aidans sur un scénario de Greg. Couverture de Hermann.