Benoît Brisefer (tome 1) : Les taxis rouges


RÉSUMÉ

Une nouvelle compagnie de taxis a ouvert à Vivejoie-La-Grande, mettant à mal les affaires de monsieur Dussiflard. Il s’agit en réalité d’un complot visant à faire fuir tous les habitants. Benoît Brisefer, jeune garçon doté d’une force surhumaine, mène l’enquête. Avec un carnet de tournage du film adapté de la bande dessinée.

  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Pierre Culliford (Peyo)
Auteur et illustrateur de Benoît Brisefer (tome 1) : Les taxis rouges
Peyo est un dessinateur et scénariste belge. Considéré comme l’un des plus grands auteurs de la bande dessinée franco-belge, il est le créateur des Aventures de Benoit Brisefer, de Johan et Pirlouit et, bien entendu, des Schtroumpfs, une série à la popularité sans égal. Né Pierre Culliford, le 25 juin 1928 à Schaerbeek (Bruxelles), Peyo est le fils d’une mère belge et d’un père d’origine britannique. Il est surnommé Pierrot par tous les membres de sa famille, à l’exception d’un petit-neveu anglais, qui, à cause de son accent n’arrive pas à l’appeler autrement que… Peyo ! En 1944, âgé de 16 ans, le jeune Pierre abandonne ses études secondaires pour se lancer dans la vie active. Après une expérience en tant qu’assistant-projectionniste et un passage à l'Académie des Beaux-arts, il est engagé comme gouacheur par le studio d’animation CBA (Compagnie Belge d’Actualité). Il compte parmi ses collègues des dessinateurs et illustrateurs comme Morris, Eddy Paape ou André Franquin, tous destinés à devenir de futurs auteurs phares du 9e art. Pour les besoins d’un court-métrage, alors en production par le studio, Peyo esquisse de petits lutins, dotés d’un chapeau pointu, d’un petit pantalon court et affublés de quatre doigts au lieu de cinq. Si la faillite du studio en 1946 (après un incendie) ne permet pas au court-métrage de se réaliser, Pierre Culliford conserve précieusement ses recherches graphiques qui vont lui servir bien plus tard. À la libération, il travaille, un temps, dans la publicité avant de se lancer dans la bande dessinée. Il propose ses services à divers quotidiens parmi lesquels La Dernière Heure ou Le Soir. En 1947, utilisant pour la première fois le pseudonyme de Peyo, il crée les aventures de Johan, le petit page. Cette série à suivre, publiée à raison d’une demi-page par jour dans le journal La Dernière Heure, permet à Peyo d’affiner son dessin et d’explorer sa passion du monde médiéval. Deux ans plus tard, en 1949, Peyo s’essaye au strip humoristique, à la manière de Snoopy et les Peanuts de Schultz,  en imaginant les mésaventures du petit chat Poussy pour le quotidien Le Soir. En 1952, grâce au soutien de son ami Franquin, Peyo fait ses premiers pas dans le Journal de Spirou. Il y continue la réalisation des Aventures de Johan en modifiant toutefois le format. Il passe ainsi d’une demi-page à une pleine page et raconte les aventures du jeune page sur 46 planches. À la demande de la rédaction de Spirou, Peyo opère également un changement esthétique à son personnage. Johan, le préadolescent blond, mue et devient un jeune adulte aux cheveux bruns. La première longue aventure du personnage, Le Châtiment de Basenhau, est publiée dans le Journal de Spirou du 11 septembre 1952. Elle est suivie dans la foulée par Le Maitre de Roucybeuf en 1953. Il faut attendre la troisième aventure de Johan, Le Lutin du Bois aux Roches (1954) pour que Peyo crée Pirlouit, un jeune homme de petite taille à la fois farceur, gourmand, râleur et mélomane contrarié. Beaucoup plus divertissant que Johan, Pirlouit suscite un tel engouement  auprès du lectorat du journal, que Peyo a la bonne idée d’en faire un personnage récurrent. Les Aventures de Johan sont rebaptisées Les Aventures de Johan et Pirlouit. La série entre ainsi dans son âge d’or. Aux aventures médiévales des deux personnages se greffent des éléments magiques, fantastiques et merveilleux. Tant et si bien que lorsqu’en 1958,  Peyo fait se croiser la route de Johan et Pirlouit avec celle de petites créatures bleues, il est bien loin de se douter qu’il vient de créer des personnages qui vont marquer durablement le monde de la bande dessinée. C’est donc dans une aventure de Johan et Pirlouit (La Flute à Six Schtroumpfs) que les Schtroumpfs font leur première apparition. Pour créer l’aspect de ces personnages, Peyo s’inspire du graphisme des petits lutins qu’il avait imaginés quelques années plus tôt pour le studio CBA. Le nom des Schtroumpfs provient, lui, d’un  dîner arrosé entre Peyo et Franquin durant lequel Peyo, voulant demander à son ami de lui passer la salière, se trompe et dit : « Passe-moi… le schtroumpf ! ». Ce mot à consonance absurde amuse tellement les deux hommes qu’ils passent la soirée à inventer un nouveau langage remplaçant les mots par « schtroumpf », les verbes par « schtroumpfer » et les adjectifs par « schtroumpfant ». Le succès des lutins bleus est sans égal et le lectorat du Journal de Spirou en redemande ! Tant et si bien que Peyo, avec l’aide du rédacteur en chef de l’époque, le scénariste Yvan Delporte, décide de tester la popularité des Schtroumpfs en les mettant en scène dans une série de mini-récits. Ces mini-récits racontent une histoire sur quatre pages agrafées en feuillet au centre du journal. Une fois désagrafées, découpées et pliées, ces pages peuvent être ensuite facilement reliées par les lecteurs et lectrices afin de composer un petit fascicule. C’est dans ce format que parait, en 1959, Les Schtroumpfs Noirs, la première véritable aventure des petits lutins bleus, co-scénarisée par Yvan Delporte. Elle sera suivie par Le Voleur de Schtroumpfs (1959), L'Œuf et les Schtroumpfs (1960), Le Faux Schtroumpf (1961)… tant d’histoires courtes que, par la suite,  Peyo redessine entièrement lors de leur publication en albums. Le succès des Schtroumpfs est fulgurant et exponentiel. Peyo est sollicité par le Spirou mais également par les autres journaux avec lesquels il collabore ou par de nombreuses marques qui souhaitent utiliser l’image des petits lutins bleus à des fins publicitaires. Peyo est ainsi contraint, dès 1963, de créer son propre studio afin d’honorer tous ses engagements. L’y rejoignent de nombreux jeunes auteurs talentueux parmi lesquels Wasterlain (Docteur Poche …), Gos (le Scrameustache…), Walthéry (Natacha…) ou De Gieter (Papyrus). Des dessinateurs qui assistent Peyo à la réalisation des albums des Schtroumpfs, mais qui lui prêtent également main forte sur ses autres séries en cours comme Benoit Brisefer (le petit garçon à la force surhumaine imaginé en 1960), Jacky et Célestin (un polar humoristique datant de 1961), Poussy et Pierrot et la Lampe (l’histoire d’un petit garçon et de son génie, créée elle aussi en 1960). Peyo insiste, toutefois, pour dessiner seul les Aventures de Johan et Pirlouit, qui reste sa série favorite mais à laquelle il n’a plus finalement que peu de temps à consacrer. Au fil de sa carrière, Peyo revêt de nombreuses casquettes supplémentaires. Il scénarise et assiste à la réalisation du dessin animé La Flute à Six Schtroumpfs (1976 - Studio Belvision), il chapeaute la vente de produits dérivés des Schtroumpfs. En 1980, il collabore avec le studio américain Hannah Barbera (Scooby Doo, Les Pierreafeu…) pour la création d’une série d’animation sur les Schtroumpfs qui rencontre un succès planétaire. Puis, en 1989, il fonde la société d'édition Cartoon Création qui est à l’origine de l’éphémère Magazine Schtroumpfs, publiant de nouvelles aventures… de Schtroumpfs ! C’est finalement le 24 décembre 1992 que Peyo, victime d’une attaque cardiaque, s’éteint à l’âge de 65 ans. Le monde de la bande dessinée perd ainsi l’un de ses plus grands émissaires, un homme qui a su créer un univers si marquant qu’il enchante encore aujourd’hui des générations entières d’enfants.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Benoît Brisefer (tome 1) : Les taxis rouges"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Jehanne d’Arc, gagner la paix

Une bande dessinée pour découvrir la vie de Jeanne d'Arc, de 1428…

Étoile, Vol.2. L’homme-chien

Etoile est abandonné sur les gradins d'un cirque. Il grandit…