Ayîr, oûy, dimin, dispôy lès viyèdjes disquʻ ås pus hostès scoles suivi de Après lʻ guère o lʻ Ardène, èt tûzèdjes so lʻ vikant



À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean-Pierre Dumont
Auteur de Ayîr, oûy, dimin, dispôy lès viyèdjes disquʻ ås pus hostès scoles suivi de Après lʻ guère o lʻ Ardène, èt tûzèdjes so lʻ vikant
Jean-Pierre Dumont écrit, selon l'inspiration du moment, des nouvelles, des réflexions religieuses ou philosophiques, des récits de voyage, des instantanés historiques. Ses personnages dont lui-même proviennent du Condroz mais se retrouvent à Bruxelles, Coxyde, Wilderhof-Ulsenheim ou grimpant le Gharet-el-Djenoun. Toutefois, quand il parle de chasse, c'est ses Condruzes qui accueillent d'autres acteurs, qu'ils soient chasseurs d'un jour, Liégeois ou Bruxellois ou arôlés (néovillageois nantis). La plume de Jean-Pierre Dumont démonte l'être humain, et fouille sa nature profonde jusque dans la matière de ses rêves. Ne cherchez pas le béni-oui-ouisme dans ses écrits (il n'est jamais robète di crôye). Ses sympathies vont certes aux p'titès djins des fermes wallonnes, mais aussi à ceux de Roumanie ou d'ailleurs. Ses antipathies, vous les découvrirez sans peine. Entre les deux, le destin de ceux qui ont quitté leur campagne pour suivre une vie plus facile. Mais, Il y a un « mais ». Le wallon de Jean-Pierre Dumont est très largement inspiré du liégeois de ses lectures, mais contient de nombreux traits hutois, voire namurois ou ardennais. Son lexique est riche d'un vocabulaire très varié et pas seulement est-wallon. La grammaire wallonne, si souvent chahutée à la française en ce 21e siècle, est ici parfaitement authentique.
Thomas Gaspar
Illustrateur de Ayîr, oûy, dimin, dispôy lès viyèdjes disquʻ ås pus hostès scoles suivi de Après lʻ guère o lʻ Ardène, èt tûzèdjes so lʻ vikant
Thomas GASPAR est né le 13 mars 1938 à Arbrefontaine, en province de Liège.Son parcours estudiantin et académique est remarquable:Humanités gréco-latines à Vielsalm et Stavelot,Licence en sciences botaniques ULiège en 1960,Agrégation de l'enseignement secondaire supérieur en 1960,Doctorat en Sciences Botaniques ULiège en 1965,Créateur et directeur du Laboratoire d'Hormonologie végétale, fondamentale et appliquée à l'institut de botanique de l'ULiège,Retraité comme Chef de travaux honoraire en 1998,Professeur associé honoraire de Physiologie végétale de l'université de Genève (après 25 ans) en 2001;Six distinctions scientifiques dont 2 internationales;Au terme de sa carrière, il s'installe à Embourg et consigne souvenirs et réflexions dans un wallon riche et toujours spontané.+/- 465 publications (dont 450 scientifiques dans des revues scientifiques belges et étrangères).

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Ayîr, oûy, dimin, dispôy lès viyèdjes disquʻ ås pus hostès scoles suivi de Après lʻ guère o lʻ Ardène, èt tûzèdjes so lʻ vikant"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9139 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Li Rantoele - L° 87 - 4-2018 - Li Rantoele del sint-Rmey 2018 - Waeyen-tins

Sommaire • Ratacaedje: Pocwè rnoyî nos atnances tîxhones? par Lucyin Mahin…

Gaumoiseries

C'était l'époque où l'on chantait, où l'on jazzait, où l'on patoisait, où l'on dialectisait...C'était…

Moudes a rvinde

Florenville, Bizory, Mabompré, Grimbiémont, Marche-en-Famenne, Hébronval, Durbuy. Qui aurait pu croire que ces petits villages aux noms riants et chantants pouvaient abriter des histoires criminelles aussi impitoyables? Qui imaginerait les connexions entre elles et le crime et le terrorisme international? Inspiré par de dramatiques actualités, par de sordides faits divers, Lucyin Mahin noue et dénoue les destins. Le paisible auteur wallon se défoule : ça coupe, ça découpe, ça tue, ça trucide, ça flingue, ça explose, ça pulvérise. Et puis, faisant parler ses personnages, il décortique, il essaie de comprendre. On l'avait déjà vu intriguer, conduire le suspense dans son ouvrage précédent, l'excellent…