Autopsy : récits


RÉSUMÉ

Je passe fréquemment d’un lieu élevé à des soubassements tels que caves, égouts, catacombes… Pourquoi ne pas me contenter de la surface terrestre ? J’ai le goût du vertige et l’ivresse des profondeurs. Pourtant je ne fais ni escalade, ni spéléo. J’aime les édifices humains, les constructions à la gloire et à la décadence de l’homme. Nous sommes des bâtisseurs de tours de Babel, mais pour nous rapprocher de quoi, de qui ? Un sommet de jouissance ? Un rêve d’Icare ? Un paradis ou un enfer ?

Onze récits. Certains de quelques pages seulement, d’autres plus longs, comme Épitaphe, texte intime faisant le lien entre ses premiers romans La Graphomane (éd. L’éther Vague) et L’Escarbilleuse (Talus d’Approche).

Des souvenirs d’une enfance italienne côtoient des nouvelles où la fiction se mêle étroitement à la réalité, ainsi qu’aux interrogations de thérapeute de l’auteur.

Mise à nu, auto-analyse, méditation sur l’écriture, sur la peinture (MaraZoran Mušič) ou bien sur la musique (Le veilleur de nuit), interview d’un homme qui a vu passer le siècle (Le Général), ces récits tournent autour de questions centrales pour toute existence : l’autre comme miroir de soi, la frontière entre la vie, l’amour et la mort ; d’où le titre Autopsy.

Des cadres fictionnels pour nous aider à mieux penser nos relations, et avec elles, le monde dans lequel nous vivons.





AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Autopsy : récits"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Sylvaines

Sensuelles rencontres dans la forêt d'Ardenne.La…

Belgiques

La collection «  Belgiques  » des éditions Ker poursuit son auscultation d’un pays multiple,…