Nelly Kristink


PRÉSENTATION

Née à Bruxelles en 1911 d’un père allemand et d’une mère ardennaise, Nelly Kristink fait des études d’institutrice à Liège, métier qu’elle exerce durant toute sa vie professionnelle dans le village de Chevron. Dans les années 30, elle donne nombre de nouvelles à des magazines et quelques romans aujourd’hui oubliés avant de remporter, en 1949, le prix Rossel avec Le Renard à l’anneau d’or. Plusieurs fois réédité, ce roman connaît à nouveau le succès au début des années 70 grâce à une convaincante adaptation en feuilleton (13 épisodes diffusés internationalement) pour le petit écran par Teff Erhat. Paru en 1959 et lauréat la même année du prix Garnir, La Rose et le Rosier est le dernier roman de Nelly Kristink. Durant le décennie suivante, l’auteure s’est alors consacrée à la seule littérature de jeunesse (donnant entre autres des suites à l’héroïne suisse, Heidi).


BIBLIOGRAPHIE


PRIX


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Dans sa collection joliment nommée Regains, qui remet en lumière des textes publiés naguère et quelque peu oubliés, l’éditeur Weyrich a choisi d’inscrire le roman de Nelly Kristink Le renard à l’anneau d’or. Le titre sans doute le plus connu en son temps de la romancière, nouvelliste et auteur de récits pour la jeunesse, lauréat du prix Rossel en 1948, sur manuscrit.On a dit que Nelly Kristink (1911-1995) était à l’Ardenne ce qu’est Marie Gevers à la Flandre, souligne d’entrée de jeu Christian Libens dans sa postface. Toutes proportions gardées, il est vrai que les paysages, les bois, la montagne, le vent dans la lande, entourant le domaine du Rondbuisson, à la lisière des Fagnes, sont beaucoup plus que le cadre,…