Jacques Oriol


PRÉSENTATION
1er octobre 1923 : Jacques Oriol naît à Bruxelles. Les souches sont ardennaise, namuroise, brabançonnes aussi, du sud et du nord de la province, la lignée thioise en voie de francisation depuis le début du XVIIIe siècle, dans la capitale des Pays-Bas autrichiens. L'ascendance wallonne domine. Années trente : les vacances se passent dans la famille paysanne, entre Bastogne et l'Ourthe.1940-45 : fuir en France, pour grossir les rangs d'une armée qui met bas les armes, se cacher, afin de ne pas répondre aux réquisitions de l'ennemi pour le travail obligatoire en Allemagne, la fin des études retardée...Premiers poèmes (perdus)1942-78 : homme d'école, animateur d'équipes, administrateur de mouvements éducatifs. Le géographe parcourt l'Europe, une partie de l'Afrique et de l'Asie. Si le professeur renonce à publier, le portefeuille ne se nourrit pas moins de nombreuses pièces en vers et en prose. Le poème imprimé le plus ancien date de 1950.Naissance du fils, (Jean), futur chimiste et informaticien.1973 : membre de l'expédition belge au Kenya (section météorologique), attirée sur les bords du Lac Rodolphe pour l'observation de l'éclipse solaire du 30 juin; historiographie de l'équipée dans cinq numéros consécutifs du journal Le Soir de Bruxelles (sous son patronyme Jacques Vandievoet).1983 : premier ouvrage publié aux Éditions Louis Musin. Sept autres ensembles poétiques paraîtront en six ans, chez divers éditeurs, ainsi qu'un essai, des pamphlets, des notices, des articles. Plusieurs recueils achevés en 1988 et 1989 n'attendent que l'édition. Mort du père.1984 : fondation et présidence du groupe "Années quatre-vingt", poètes et plasticiens en rencontre. Expositions, colloques, publications collectives. L'équipe lance en 1989 la collection Temps réel aux éditions de L'Arbre à paroles, à Amay.1985 : le Prix de la Ville d'Arras est donné à l'auteur par la célèbre Société des Rosati. La Coupe du Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais le récompense également.1986 : l'auteur obtient le Prix François Villon octroyé par la Fédération Nationale des Écrivains de France.1987 : il est l'objet d'une distinction de la part de l'école Supérieure de Culture Française Contemporaine (Paris), collaboratrice de l'UNESCO.1989 : un recueil de nouvelles est en préparation. L'École de la Loire, à Blois, décerne à l'auteur son 1er Prix de poésie classique. Jacques Oriol qui faisait partie des principales associations littéraires belges, était également membre du directoire de l'Union Wallonne des Écrivains et des Artistes et de la Société des Écrivains du Chili. Il est décédé à Bruxelles le 8 juillet 1993

BIBLIOGRAPHIE