Florence Noël


PRÉSENTATION
Belge, née en 1973, Florence Noël a une formation en Histoire, en Orientalisme, en théologie et en didactique. Elle est actuellement enseignant dans le secondaire après avoir exercé des métiers dans les Nouvelles Technologies de l’Information et dans la Gestion électronique documentaire. En marge de diverses activités professionnelles, elle s’investit depuis plus de vingt ans à promouvoir la poésie francophone sur le web (Ecrits-vains, Francopolis,…) et en revue (DiptYque). Autrice de poésie et de nouvelles, son travail d’écriture se nourrit régulièrement de collaborations avec d’autres artistes. Elle est membre de l’Association des Ecrivains Belges, de l’Association Royale des Artistes et Ecrivains de Wallonie et du Grenier Jane Tony.

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

C’est durant la nuit que la poésie s’éveille ! Celle des amants, des enfants dont les « pattes nues» effleurent, tel un pinson apeuré, « le carrelage en damier », celle aussi des silences angoissés, des spectres, des attentes et des promesses que l’on ne tiendra peut-être pas. Attendant l’aube, la nuit se plaît à décliner les ombres solitaires que suggère le titre en forme de mot-valise. « Solombre », l’ombre au sol projetée, nocturne, la cache sombre du soleil noir, ou encore la nuit-ombrelle protégeant des strates de l’astre qui, on le sait, redeviendra carmin dès les premiers rayons du jour. «  Solombre », mot d’exergue extrait des Hommages et profanations d’Octavio Paz et que Florence Noël fait sien pour enclencher…


Le Carnet et les Instants

En 2019, Solombre, le précédent recueil de Florence Noël pour lequel elle a reçu le prix Delaby-Mourmaux, s’ouvrait par une citation d’exergue de l’écrivain mexicain Octavio Paz. Pour Assise dans la chute immobile des heures qui paraît aux éditions Bleu d’encre, l’auteure convie le poète argentin, Roberto Juarroz, à ouvrir le bal. Premiers indices peut-être qui attestent de l’importance accordée au tremblé de la lumière, de cette « lumière fendue d’exactitude », verticale, qui arrose littéralement la poésie de Florence Noël. Comme l’arpenteur du désert dont la vue est troublée par le brouillard à l’horizon, le lecteur perçoit d’emblée ici ce que nous identifions…


Karoo

Karoo revient sur le recueil de la poétesse Florence Noël, publié par le Chat polaire. Une série de tableaux naturels dans lesquels se dessinent l’histoire d’un amour et de ses sensualités.


Des yeux inattentifs pourraient survoler Branche d’acacia brassée par le vent et n’y voir qu’une jolie déclinaison forestière, une poésie néo-romantique finement ciselée mais un peu creuse… Celle1 qui s’y plongera entièrement pourra entendre la musique des mots qui clochètent et des phrases révélatrices. Entre les branches et le vent, leurs danses et leurs caresses, une relation, entre ascension et déclin. L’acacia n’est que le drap sur lequel l’autrice projette une pellicule de souvenirs ; peut-être un miroir, peut-être un rêve.

Si…