Erik Sven

PRÉSENTATION
Quand Erik Sven vit le jour en 1971 à la côte belge, il avait sûrement déjà la tête ailleurs : en Ardenne, dans la vallée de la Semois, qu'il aime sillonner et où se déroule son premier roman, Le prisonnier des collines. Le paysage ardennais est, pour lui, à la fois un ressourcement et une source d'inspiration. Que ce soit pour l'écriture ou pour la photographie, sa deuxième passion. Avant d'embrasser l'écriture de fiction et de choisir son nom d'artiste, Erik Sven a traduit trois livres, dont deux vers le néerlandais. Il travaille actuellement comme traducteur-réviseur dans une institution fédérale belge et vit en Hesbaye brabançonne, une région dans laquelle il s'investit beaucoup par divers engagements associatifs, mais qui lui permet aussi d'atteindre en moins d'une heure et demie sa vallée ardennaise préférée...

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

À L…, village en bordure de forêt, Colline l’aînée narratrice et Aubin le cadet sauvageon qui prend souvent la tangente sont à l’orée de l’adolescence et fusionnels comme des liserons. C’est qu’ils ne peuvent pratiquement compter que l’un sur l’autre : Édouard, leur père, ne vit que pour ses bulldozers. Josyane, leur mère, sombre la plupart du temps dans des migraines qui la rendent aigrie ou apathique. L’un et l’autre se réfugient tantôt dans la cabane au fond du jardin où leurs peaux enfantines apprennent à dialoguer dans une tendresse qu’ils ne trouvent pas ailleurs, tantôt dans l’aventure sans limite des bois. Se joindra bientôt à leurs vagabondages Béatrice, camarade de classe aussi marginale qu’eux, avec qui Colline…