Vita brevis de Thierry Knauff : Une vie exaltée


Parenthèse enchantée dans une filmographie exigeante et hors-normes, le nouvel opus de Thierry Knauff pourrait passer pour un exercice de style esthétique arty, mais se révèle un film captivant de bout en bout, un hymne précieux à la nature, à la vie et à l'art. Un été, on se l'imagine, sur les bords de la rivière Tsiza, qui parcourt l'Europe centrale et se jette dans le Danube. Une jeune fille observe la nature alentours. Installée dans une petite barque en bois, elle s'intéresse alors à une étrange créature, insecte fabuleux, dont elle va suivre, comme nous, l'existence ; de l'éclosion du cocon à la mort finale. Dès le premier plan où la fillette (incroyable Hannah Fontaine) est accroupie au bord de l'eau, on sait que celle-ci sera notre guide, nos yeux par lesquels nous découvrirons un nouveau monde, de nouveaux gestes, de nouvelles beautés. Ses mains sont les premières invites à pénétrer un univers étrange et protéiforme, changeant au fil de la lumière,…
  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:xfirstword - "Vita brevis de Thierry Knauff : Une vie exaltée"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La peau douce

Poèmes en vers libres, d'une sensualité et d'une intensité surprenantes. Formule…

Sokott la bête

Dans un village dévasté par la guerre et dont les uniques survivantes sont des femmes, un sacrifice se prépare.…