RIC HOCHET N°53



À PROPOS DE L'AUTEUR
André-Paul Duchâteau
Auteur de RIC HOCHET N°53

Né le 08 mai 1925 à Tournai

Formation à l’Athénée de Schaerbeek.

J'ai commencé à écrire à l’âge de 15 ans. Mon premier livre Meurtre pour meurtre a été publié en 1941. Directeur littéraire aux Editions du Lombard Presque toujours sans synopsis pré-établi, je raconte souvent une histoire dont je ne connais pas la fin. Je rends ainsi hommage à Simenon qui disait : “Comment voulez-vous que je vive quelque chose qui a déjà été vécu ?”. Formée par la télévision et la BD, mon écriture est volontairement visuelle. Dans mes premiers romans, je me laissais guider surtout par les mots, maintenant je raconte les images en un langage que la majorité des lecteurs comprend. La rencontre du dessinateur Tibet l’amena à créer avec ce dernier le célèbre héros de BD, Ric Hochet, dont plus de septante albums ont paru à ce jour, traduits dans une quinzaine de pays différents. Il a écrit plusieurs adaptations de romans de Steeman pour la télévision (Le condamné meurt à 5 heures et Les Atouts de M. Wens). Il a publié chez Hachette, coll. Labyrinthes, trois polars historiques dont Charles Dickens est le héros (Les chemins de lune, Le voleur d’âmes et Les anges de cire).

 

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "RIC HOCHET N°53"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Klimt

Vienne, 1907. Le peintre Gustav Klimt rend visite aux époux Bloch-Bauer. Ferdinand demande alors à Gustav de réaliser le portrait de sa femme, Adèle ; requête entraînant un flashback. Six ans auparavant, alors que Klimt essuyait des critiques acerbes au sujet de son œuvre La Médecine , il a rencontré ce couple, admirateur de son génie et dont la femme l’a prié de lui ouvrir les portes de son atelier. Au même moment, l’artiste recevait en rêve l’inspiration pour son prochain tableau. C’est par ce prisme que l’on entre dans l’univers de l’artiste : son atelier, ses modèles, sa mère, sa compagne, Émilie, mais aussi ses rêves, ses angoisses, ses sources d’inspiration en somme. L’histoire narrée en bande dessinée par Cornette et Marc-Renier est une tranche de vie, prétexte à l’évocation du peintre, de son style, de son époque et de l’avant-gardisme dont il y faisait preuve. L’idée est en effet plus de mettre en avant ses particularités que de réaliser sa biographie. Le récit est assez simple et aurait peu d’intérêt sans l’aspect « inspiré de faits réels », mais n’en est pas moins cohérent et bien rythmé.Les dessins sont soigneusement détaillés. Le rendu est classique, avec un crayonné assez fort accentuant les sujets principaux. Les travaux de Klimt évoqués sont réinterprétés plutôt que cités et le résultat est réussi et efficace : le redesign des œuvres permet une intégration fluide dans les cases tout en invitant à les découvrir sous un angle neuf.Le récit principal est suivi d’un court cahier didactique sur Gustav Klimt. Il complète la bande dessinée en développant quelques sujets qu’elle évoque. On y voit notamment des reproductions des œuvres évoquées dans l’album. Ainsi, le lecteur a à portée de main de quoi satisfaire sa curiosité, titillée par l’histoire racontée en images et phylactères.La bande dessinée Klimt est une introduction sympathique à l’œuvre de l’artiste. Les connaisseurs n’apprendront probablement pas grand-chose, là où les néophytes apprécieront l’accessibilité du propos et les informations proposées en fin d’ouvrage. Les visuels soignés plairont aux amateurs de bande dessinée traditionnelle, alors que l’histoire…

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…

Le poison vert

Dessins d'Edouard Aidans sur un scénario de Greg. Couverture de Hermann.