Pour un film primé, mille artistes cachés


Pourquoi ne pourrions-nous pas être fiers de notre cinéma ? Pourquoi toujours faire profil bas, être modestes, petits même ?
Nous aussi on veut du glamour, des belles robes, des belles gueules, des coiffures excentriques et des statuettes qu’on brandit.
L’argent public soutient le cinéma belge, alors, les citoyens aussi ont le droit de rêver, ils y contribuent suffisamment !

Ce qu’on oublie parfois, c’est que tous ces talents, ces occasions pour les ministres et leurs responsables de cabinet, les hauts fonctionnaires et la crème des entrepreneurs culturels de s’offrir de beaux galas au nom de la culture et du cinéma, pour tous ces moments donc, des milliers de marginaux, des éternels adolescents, des adultes qui n’ont pas été capables de se décider à embrasser une carrière stable, un boulot sûr (même s’il faut parfois mordre sur sa chique et accepter l’humiliation mais au moins on y fait preuve de responsabilité!), bref des milliers d’ « artistes » ont gardé…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:xfirstword - "Pour un film primé, mille artistes cachés"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La douzième île

Pendant des années, cette île a servi d'asile psychiatrique. Un asile où le nombre de décès était particulièrement…

La peau douce

Poèmes en vers libres, d'une sensualité et d'une intensité surprenantes. Formule…