Parc fermé



À PROPOS DE L'AUTEUR
Olivier Duculot
Auteur de Parc fermé
Né à Liège en 1970, Olivier Duculot a obtenu une licence en Arts et Sciences de la communication à l'Université de Liège, et fait des études en photographie d'art à l'Institut Saint-Luc à Liège. En 2003, il est publié par Andrée Yanacopoulo, la veuve de l'écrivain québécois Hubert Aquin, qui vient de créer les éditions Point de fuite à Montréal. Continuer, son premier roman, est salué par la critique (Le Carnet et les Instants, Les Lettres québécoises, Le Libraire, Frédéric Beigbeder, entre autres) et sera nominé au Prix des libraires du Québec peu après sa sortie. En 2021, il publie Parc fermé, son deuxième roman, aux Éditions Ovadia à Nice.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Arnaud passe un mois de vacances à la Côte d’Azur avec sa sœur jumelle Annabelle et ses parents Georges et Maggy. Du haut de ses sept ans, il observe le monde des adultes, tout en apparences et rapports de domination. Des plus riches sur les moins aisés ; des hommes sur les femmes ; de son père sur sa mère. Juillet touchant à sa fin, le retour en Belgique amène son lot de morosité : fin de la parenthèse ensoleillée, reprise du quotidien en demi-teinte. Au soleil comme sous la grisaille, la vie de famille semble bien réglée, les habitudes et les rôles immuables. Sauf qu’à peine trentenaire et poussée par des événements récents, Maggy décide qu’il est trop tôt pour se résigner. Elle prend les rênes de son destin, en même temps qu’un train vers la ville. C’est…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Parc fermé"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les sept visages de l'eau

" Je sens ses bras autour de ma taille. Il me serre si fort. Je n'ose ouvrir les yeux. La chaleur de sa langue sur la mienne, que c'est doux, que c'est bon. Je profite de ce baiser qui n'en finit pas, de ses mains qui crient tendresse, de ses jambes qui disent caresses, de ce corps qui surgit de l'arbre en chantant l'Amour !". Les sept visages de l'eau, un mariage d'amour et de haine où le passé imprègne le présent et détermine l'amour. FranMi nous emmène à travers une recherche d'identité, d'un rôle social dans une communauté villageoise qui, à l'instar de Saint-Léger, son village d'adoption, présente plein de contradictions. Comment vivre, comment demeurer dans un environnement où les traditions et habitudes anciennes se frottent à la consommation et la vitesse…

Au Paradis, rien ne va plus !

Un chevreuil traverse la route et tout bascule.Iris, ni sainte, ni…

Marie-Jeanne, femme d'Ardenne

Mirwart, Vesqueville, Bure, trois villages d'Ardenne…