Notes prises d'une lucarne suivi de Petit théâtre aux chandelles


RÉSUMÉ

Préface de Robert FrickxÀ propos du livre

Les Notes prises d’une lucarne sont le produit d’un exercice quotidien qu’Hellens s’est imposé durant l’année 1917. On retrouve, dans ces textes en prose, d’une admirable sobriété, le reflet de la mutation que, sous l’influence de la lumière du Midi et des peintres qu’il fréquente alors (Matisse, Archipenko, Modigliani, André…


DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)
Lire un extrait

Embrassez-vous, mes enfants
Pièce bouffonne en un acte

Personnages : Tante Catherine, Mélanie, la cuisinière, Jacques, Angèle.

(Un salon bourgeois chez Tante Catherine. Porte à droite. Dans le fond, petite fenêtre donnant sur un couloir, garnie de rideaux à l'extérieur. Tante Catherine, longue, maigre, la tête couverte d'un bonnet blanc. Mélanie, grasse, assez courte, cheveux roux.)

Scène I

[Tante Catherine, Mélanie].

Tante Catherine (occupée à un ouvrage de main. Voix aiguë). – Je me demande ce que nous pourrions leur servir à dîner. Je dis «leur», c'est bien naturel. Je connais les goûts de notre jeune Angèle. S'il ne s'agissait que d'elle, nous n'aurions pas besoin de nous consulter. Mais lui, c'est autre chose, il n'est jamais entré dans cette maison, je ne sais ce qu'il aime. Il se pourrait fort bien par exemple, qu'il déteste le mouton et notre jeune Angèle en est folle. Je veux à tout prix éviter un malentendu. Je veux que notre chère nièce et son cousin Jacques, dès le premier soir, ne puissent rencontrer le moindre sujet de désaccord. Comprends-tu, Mélanie? Ce sont deux enfants. Il faut les cajoler.

Mélanie (elle parle d'une grosse voix rauque). – À quelle heure c'est-il décidé que Monsieur Jacques arrivera?

Tante Catherine. – Au train de sept heures. La gare est près d'ici; à sept heures cinq il tirera la sonnette.

Mélanie. – Il est six heures battant à l'horloge de ma cuisine. Le dîner est à sept heures, on pourrait exceptionnellement le retarder d'une demi-heure. Mademoiselle a un quart d'heure pour réfléchir.

Tante Catherine. – Mais, Mélanie, je t'interroge.

Mélanie. – Dame, est-ce que je sais moi si Monsieur Jacques préfère le veau ou le mouton? Je possède l'un et l'autre dans mon frigo. Décidez vous-même.
Table des matières

Préface de Robert Frickx

Notes prises d'une lucarne

Petit théâtre aux chandelles


À PROPOS DE L'AUTEUR
Franz Hellens
Auteur de Notes prises d'une lucarne suivi de Petit théâtre aux chandelles
Franz Hellens est le pseudonyme de Frédéric van Ermengen. Élevé à Gand, Hellens trouve dans cette ville sa première inspiration (En ville morte, 1905), traduite à la manière de ses aînés (Les Hors-le-vent, 1909). Si Les Clartés latentes (1912) amorcent une évolution vers un art plus attique, c'est cependant un long séjour méditerranéen qui ouvre pour lui une nouvelle ère, marquée par la féerie fantastique de Mélusine (1920), et par Le Disque vert, revue moderniste. L'œuvre, abondante et protéiforme, explore la zone indécise qui, dans les esprits et dans les choses, sépare la réalité et le fantastique (Réalités fantastiques, 1923); ce thème continuera à inspirer l' essayiste, à qui on doit, à côté d'une Poétique des éléments et des mythes (1966), une réflexion sur Le Fantastique réel (1967). Dialectique qui nous vaut des tentations réalistes (La Femme partagée, 1929) aussi bien que des ouvertures symbolistes (Mémoires d'Elseneur, 1954) ou les cruautés cérébrales de Moreldieu (1946). (source : Anthologie Espace Nord)

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:tante - "Notes prises d'une lucarne suivi de Petit théâtre aux chandelles"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le bousier

Le bousier  de Thomas Depryck offre un écho saisissant à l’actualité brûlante, sous le signe de l’épidémie,…

Le Quatuor 18

Le 25 mars 2005, Mado est convoquée chez le notaire de sa mère, décédée depuis cinq ans. Il lui…