La Valse du Pont suspendu


RÉSUMÉ
Prix Margueritte van de Wiele 2002. "Elle tourna brusquement les talons pour se jeter dans la volée d’escaliers et fuir le regard de sa fille. Elle se sentait exaspérée, incomprise de tous. Germain qui lui conseillait d’aller au jardin, et Valérie maintenant qui la contredisait juste pour le plaisir, stupidement inconsciente de l’importance de ce qui se passait ! Dans le hall d’entrée, elle s’arrêta enfin, haletante, regardant à droite et à gauche, ne sachant plus très bien ce…
  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Françoise PIRART
Auteur de La Valse du Pont suspendu
Pour Françoise Pirart, la fiction est un miroir sans tain qu'elle ne cesse d'interroger pour retrouver les lignes de sa véritable personnalité.Le souffle qui l'anime est impressionnant. L'auteur de «La fortune des Sans Avoir» et de «La nuit de Sala» (parmi ses nombreux livres publiés) «tient la distance», aussi prompte à tracer des figures qu'à dénouer les écheveaux d'une intrigue. Son imaginaire est peuplé de situations où la fiction et la réalité s'enchevêtrent, où les premier et second degrés caracolent au fil du récit.Les accents réalistes d'une telle écriture sont évidents et rendent avec bonheur la nuance d'un caractère ou le détail d'un paysage. On est ici dans un monde habité où les rôles sont distribués, un univers qui offre au lecteur des itinéraires précis et des trompe-l'oeil qui sont autant de carrefours significatifs. Mais si la logique narrative émerge, si l'exactitude des faits rejoint celle des personnages, l'oeuvre de Françoise Pirart ne pourrait se réclamer d'une esthétique «réaliste». Il y a, dans ses livres, un frémissement de l'écriture qui ouvre presque systématiquement à la liberté et à la fantaisie.Analyste pertinente des «âges ingrats» de l'existence, la romancière bouleverse son lecteur quand elle parle de l'adolescence («Le rêve est une seconde vie»). S'il y a une logique d'intention, une cohérence de ton dans l'oeuvre de Françoise Pirart, c'est paradoxalement dans la notion de temps qu'on peut les trouver : le temps qui est la charpente, le paraphe d'une personnalité littéraire forte et fragile à la fois.Chez Françoise Pirart, le récit s'accroche au temps qui passe - le Moyen Âge dans «La fortune des Sans Avoir», le futur dans «Le décret du 2 mars» - ou à des scories du passé qui ramènent de vieux démons. De l'enfance à l'âge adulte, le temps tire de drôles de chahuts! N'est-ce pas le temps d'opposition qui fulmine dans «Les uns avec leur amour, les autres avec leur haine»? N'est-ce pas le temps qui fait saigner les vieilles plaies, comme dans «La Grinche»?Avec gravité ou ironie, Françoise Pirart, fidèle à son indépendance de créatrice, joue à tous les claviers, créant un orchestre de moyens mis à la disposition de son humeur, de son désir de plaire, de son besoin de surprendre. Habile à se faufiler dans des atmosphères différentes, l'écrivain excelle également dans le texte court («L'oreiller»), même si le souffle ne lui manque pas et si elle est capable de se conformer à une logique narrative de longue durée.Son écriture révèle un imaginaire à large spectre, une curiosité bien réelle qui l'incitent à se glisser dans des situations étrangères avec une incontestable rigueur d'analyse. De telles qualités ne sont pas fortuites et se retrouvent dans nombreux de ses romans.Ses personnages sont souvent blessés, et leur psychologie est finement traitée. On s'attache à eux, nécessairement. On se souviendra longtemps du personnage de Blanche, à la limite de la démence, dans «La nuit de Sala». Mais s'il faut d'emblée prendre ses distances avec les personnages et ne pas voir en eux une simple reproduction de l'écrivain, il faut souligner cependant les thèmes récurrents qui apparaissent dans les différentes périodes d'écriture.La romancière est sensible aux dérives de la vie sociale, qu'elles touchent à la justice, aux hasards de l'existence, aux blessures de sensibilité vive. On sent présentes les questions portant sur la répartition des chances de chaque être humain, sur le peu de distance qui sépare la folie de la raison, sur la difficulté de grandir, de vivre parmi les autres et de préserver la part du secret, de l'enchantement et de l'évasion sans laquelle tout équilibre de vie peut être rompu. On ne peut tracer le destin des autres (et à plus forte raison, de personnages imaginaires) sans «faire l'éponge » et lire dans la main des plus démunis et des moins bavards.La personnalité complexe de l'écrivain se révèle entre force et faiblesse, tendresse et sarcasme, grandeur et petitesse. Il y a, dans notre monde, la tyrannie, la bêtise, l'intolérance, la fatalité. Voilà qui génère, chez Françoise Pirart, des attitudes de recul ou de franche opposition; voilà qui alimente une réflexion de fond sur la légitimité de l'espèce humaine.Née le 19 mai 1956 à Bruxelles, Françoise Pirart a exercé des activités professionnelles diverses : élevage de chevaux, figuration, vente, secrétariat dans des cabinets d'avocats et études de notaires, traduction d'ouvrages anglais et américains.Actuellement, elle anime des ateliers d'écriture dans des centres culturels, des associations, des établissements scolaires et des maisons de retraite. Elle rédige aussi la biographie de personnes désireuses de laisser une trace à leurs descendants.Auteur de plusieurs romans et nouvelles, Françoise Pirart a publié son premier ouvrage de fiction en 1992. «La croix de Saint-Vairant» a connu une suite, écrite dix ans plus tard, et l'ensemble a revu le jour sous la forme d'un gros roman intitulé «La fortune des Sans Avoir», paru en 2004. D'autres romans ont précédé ou suivi cette parution, notamment «La nuit de Sala» (2006).www.francoisepirart.be

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La Valse du Pont suspendu"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Charlemagne et les 4 Fils Aymon

Alard, Renaud, Guichard et Richardet, tous les quatre fils du duc Aymon, se sont révoltés contre Charlemagne. Pendant plusieurs années, une traque opérée par les guerriers du roi mène les fils Aymon de l'Ardenne à la Gascogne où sièges et embuscades, fuites et poursuites, se succèdent à un rythme palpitant. Finalement, las de ces combats, les quatre frères se réconcilient avec Charlemagne. Mais n'allez pas croire qu'ils ont tenu tête au roi uniquement grâce à leur vaillance. Leur cousin, Maugis l'enchanteur, Bayard, un cheval-fée capable d'accomplir des sauts prodigieux, et Flamberge, une épée magique, leur seront de précieux auxiliaires.Une des plus belles épopées de France, digne des meilleurs romans arthuriens, racontée par Jean-Luc Duvivier de Fortemps, écrivain de la forêt d'Ardenne, et magnifiquement illustrée par le photographe paysagiste Benjamin Stassen.…

Ne pars pas sans moi

C'est la fête pour cette jeune et jolie institutrice qui attend sa nomination dans une école rurale.…