Julie, Mélissa, Marc enzovoort



À PROPOS DE L'AUTEUR
Patrice Bauduinet
Auteur de Julie, Mélissa, Marc enzovoort

Patrice Bauduinet est né en 1969 à Liège. Il est diplômé de l’INSAS, section réalisation film/télévision.
Il a réalisé de nombreux courts métrages de fiction. Citons : Les Calamars n’écoutent plus la radio, 2005 ; Un GI mort, c’est un bon GI, 2004 ; La nuit du 6 au 7, 2003, d’après André Blavier ; Du sexe dans les oreilles, 2003 ; Figure 413, la vision oculaire de l’abeille, 2002 ; Bon appetit, 2000, réalisation avec Jean-Luc Fonck ; La Cannette Hallucinogène, 2000 ; 1999 Casting, 1999 ; Felix, 1999 ; Amphitryon 94, 1998 (Prime à la qualité décernée par le Ministère de la Communauté française de Belgique,1998) ; La ballade d’airin, 1997 ; Le grand chien Saintongeois, 1996, avec Marcel Piqueray ; Tous les chiens s'appellent Poupette, 1995 ; Fais-moi coin coin, 1993 (Prix décerné par Kinépolis / Kodak / Meuter-Titra: Les Espoirs du Cinéma, 1994) ; Lift Dream, 1992 ; Le dragon, 1991, réalisation avec Sylvia Minnearts, mi-fiction, mi-dessin animé ; La mouche, 1991 ; Vladislav, 1990 ; Carnapouille, opéra comique, 1989 ; Nu au soleil, expérimental, 1982, (primé au Festival HSPS8-Liège).
On lui doit aussi quelques documentaires : La libération du pavillon des passions humaines, 1997 ; Germaine, 1989.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Julie, Mélissa, Marc enzovoort"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'étrange héritage

Le riche et excentrique Constantin Philibert laisse à ses trois neveux un curieux testament.…

Klimt

Vienne, 1907. Le peintre Gustav Klimt rend visite aux époux Bloch-Bauer. Ferdinand demande alors à Gustav de réaliser le portrait de sa femme, Adèle ; requête entraînant un flashback. Six ans auparavant, alors que Klimt essuyait des critiques acerbes au sujet de son œuvre La Médecine , il a rencontré ce couple, admirateur de son génie et dont la femme l’a prié de lui ouvrir les portes de son atelier. Au même moment, l’artiste recevait en rêve l’inspiration pour son prochain tableau. C’est par ce prisme que l’on entre dans l’univers de l’artiste : son atelier, ses modèles, sa mère, sa compagne, Émilie, mais aussi ses rêves, ses angoisses, ses sources d’inspiration en somme. L’histoire narrée en bande dessinée par Cornette et Marc-Renier est une tranche de vie, prétexte à l’évocation du peintre, de son style, de son époque et de l’avant-gardisme dont il y faisait preuve. L’idée est en effet plus de mettre en avant ses particularités que de réaliser sa biographie. Le récit est assez simple et aurait peu d’intérêt sans l’aspect « inspiré de faits réels », mais n’en est pas moins cohérent et bien rythmé.Les dessins sont soigneusement détaillés. Le rendu est classique, avec un crayonné assez fort accentuant les sujets principaux. Les travaux de Klimt évoqués sont réinterprétés plutôt que cités et le résultat est réussi et efficace : le redesign des œuvres permet une intégration fluide dans les cases tout en invitant à les découvrir sous un angle neuf.Le récit principal est suivi d’un court cahier didactique sur Gustav Klimt. Il complète la bande dessinée en développant quelques sujets qu’elle évoque. On y voit notamment des reproductions des œuvres évoquées dans l’album. Ainsi, le lecteur a à portée de main de quoi satisfaire sa curiosité, titillée par l’histoire racontée en images et phylactères.La bande dessinée Klimt est une introduction sympathique à l’œuvre de l’artiste. Les connaisseurs n’apprendront probablement pas grand-chose, là où les néophytes apprécieront l’accessibilité du propos et les informations proposées en fin d’ouvrage. Les visuels soignés plairont aux amateurs de bande dessinée traditionnelle, alors que l’histoire…