Jours de canicule




À PROPOS DE L'AUTEUR
Hugo Claus
Auteur de Jours de canicule
Hugo Claus est un écrivain, poète, dramaturge et réalisateur belge, et l’un des plus brillants romanciers contemporains d’expression néerlandaise.Fils d’un imprimeur, il s’enfuit de la maison paternelle et devient ouvrier saisonnier dans le nord de la France.À Paris, Antonin Artaud devient pour lui un second père. Il participe à la révolution avant-gardiste de l’art d’après-guerre et fait partie du mouvement Cobra (1948-1951). Après un séjour en Italie où il apprend à connaître le milieu cinématographique, il retourne en Flandre et commence une carrière de romancier, poète, auteur dramatique, cinéaste et peintre.À la fin des années 1960, Claus joue un rôle important dans le mouvement contestataire qui veut réformer la politique sociale et culturelle en Flandre. Au Festival expérimental de Knokke, en 1967, il choque l’opinion publique en faisant paraître sur scène trois hommes nus dans le rôle de la sainte Trinité.« Le Chagrin des Belges » (1985, trad. de 1983 Het verdriet van België), est son premier grand succès international de librairie.Pendant dix années environ, il fut le compagnon de l’actrice Sylvia Kristel. Tous deux ont eu un fils : Arthur, né le 10 février 1975, qui est également comédien.Hugo Claus, atteint de la maladie d’Alzheimer, a choisi la date de sa mort et a demandé, comme la loi belge l’y autorisait, à subir une euthanasie.Considéré comme un des romanciers belges les plus talentueux de son époque, Hugo Claus se définit lui-même comme un « flamingant francophone ». Il est surtout le critique du traditionalisme et du provincialisme de la société flamande, tout en portant à l’universel l’évocation de la médiocrité.Profondément marqué par son enfance dans un internat catholique très strict, il a su évoquer dans « Le Chagrin des Belges » le comportement de ses compatriotes pendant la dernière guerre et peindre le Flamand fricoteur, conformiste et profiteur avec un réalisme qui rappelle celui de Pieter Bruegel l’Ancien ou de James Ensor. Il reste cependant fasciné par sa région maternelle qu’il ne cesse de recréer avec sensibilité et intelligence.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Jours de canicule"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'ours

Pour écrire, une femme veut devenir chaste. Armée de ce projet étrange, elle rencontre un prêtre. Lecteur…

L’engravement

Le dernier roman d’Eva Kavian, paru à La Contre Allée , se concentre sur un espace très limité et auquel on ne…