J’habite la maison de Louis Scutenaire


RÉSUMÉ
Une évocation de la Luzerne, maison située à Scharbeek, où vécut l’écrivain surréaliste Louis Scutenaire (1905-1987) et dans laquelle viennent dialoguer ses occupants successifs. P. Toussaint dresse le portrait de ce personnage singulier et dépeint ses relations avec R. Magritte ou avec celle qui fut son épouse, la poétesse et romancière I. Hamoir. Premier roman.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Pascale Toussaint
Auteur de J’habite la maison de Louis Scutenaire
J’habite la maison de Louis Scutenaire -  c’est vrai et c’est le titre de mon premier roman. Une maison qui abrite pour la seconde fois un couple d’écrivains, Jacques Richard, peintre et écrivain, et moi. Jadis un haut lieu du surréalisme bruxellois ; aujourd’hui,  celui des « rendez-vous de la Luzerne ».  Scutenaire n’est pas le premier tendre contestataire que je croise dans ma vie puisque j’ai fait mon mémoire de fin d’études en philologie romane sur Georges Brassens. Une fois mon diplôme en poche, ma vie d’adulte a commencé dans une école au Maroc (Taza), qui reste mon deuxième pays de cœur. L’enseignement (une vie passionnée de prof de français), le monde du livre (un heureux intermède en librairie) et la littérature belge (c’est trop beau ! trop !) m’ont donné l’envie de rédiger une anthologie qui donne une plus large diffusion à « Cinquante écrivains belges ». Si je me suis lancée moi-même dans le roman et la poésie,  c’est pour mieux appréhender la littérature. Aller vers le lecteur, vers l’autre. Une autre qui s’interroge comme moi sur le quotidien, sur ses angoisses et ses relations avec autrui, sa mère, sa meilleure amie. Ou cette autre dont le choix d’être religieuse me pose question. Sans oublier l’écriture. « La littérature, c’est d’abord l’écriture. La preuve par Pascale Toussaint. Au cordeau, à l’os, à l’essentiel. Des phrases courtes serrées dans des chapitres courts. Trances de vie, de sentiments, d’émotions. » (JC Vantroyen, Le Soir 22/12/22)


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

À l’instant de le situer dans notre paysage littéraire comme un écrivain et poète surréaliste, on se rappelle son assertion : «  je ne suis ni poète, ni surréaliste, ni belge ». Disons qu’il était les trois, mais à sa façon : en marge, à la lisière, d’ici et d’ailleurs.

Compagnon inséparable d’Irène Hamoir (surnommée Lorrie ou Irine), ami de René Magritte, Paul Nougé, Camille Goemans, Paul Colinet, Marcel Mariën… sans adhérer pour autant à toutes les interventions du groupe surréaliste bruxellois, Louis Scutenaire commença par écrire des poèmes. À la veille de ses quarante ans, il trouve la forme, le ton, le rythme qui lui correspondent le mieux : réflexions, boutades, historiettes,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:maison - "J’habite la maison de Louis Scutenaire"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Palettes

Présentation de l'auteur : 'Par petites touches au rythme des saisons, dire les bruits et les odeurs…

De profundis

Un an à peine après son remarqué Today we live , Emmanuelle Pirotte fait à nouveau…

Traverses

Paraissent conjointement Traverses et Jours obscurs , deux œuvres posthumes de Jean-Claude…