Je connais peu de mots


RÉSUMÉ

Elisa Sartori questionne notre rapport à la langue, à l’apprentissage d’une langue étrangère.
Comment la fait-on sienne ? Et si investir une nouvelle langue ne se limitait pas à l’acquisition d’une grammaire, mais représentait bien plus ?

Ce leporello, se déplie en 8 volets et se lit recto-verso (soit 16 planches) dans un mouvement circulaire pouvant se faire à l’infini.



DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)

COUPS DE CŒUR ET SÉLECTIONS

PRIX
  •   Prix de la première œuvre en littérature de jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2021


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Ce leporello est un livre ; il se glisse dans un mince étui et se range dans les rayons d’une bibliothèque. Ce livre est un leporello ; fait d’une seule page pliée en accordéon, il ne se manipule pas comme un ouvrage traditionnel ; et voilà que se modifient pas mal d’habitudes de lecture…Devant ce petit volume qui se déploie et sous l’apparente simplicité de sa forme, un certain nombre d’hésitations disparaissent : il n’y a pas à se demander ce qui se joue dans une mise en page serrée qui freine la lecture ou dans une disposition aérée qui rend la lecture aisée ; il n’y a pas à balancer entre le continu ou le discontinu ; il n’y a pas à s’interroger sur ce qui se dissimule ou ce qui s’expose…Car tout est…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Je connais peu de mots"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16280 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Dolcetti un ange à Paris

Dolcetti est un ange pauvre. Pour lui, l'argent ne tombe pas du ciel. Il est si pauvre qu'un jour, n'en pouvant plus, il se décide à vendre ses ailes. Le lendemain, il se sent bizarre. Il volait peu ces derniers temps mais ses ailes lui manquent énormément.…

L'enfant de la lune rouge

Amadou du Sénégal vit sur l'île aux oiseaux. Il est fils de la Terre et du Vent. On raconte qu’il est capable d'étranges métamorphoses et que ses chansons faites de nom d’oiseaux envoûtent…

Catastrophes !

Catastrophes! Le pluriel est de mise. Car cet album qui s'ouvre sur une embardée en pleine forêt n'est qu'un enchainement…