Introduction [page 3 version papier]  Qu’elles soient médicales, fantasmatique ou psychologiques, les définitions de monstres se chevauchent. Tantôt création de la nature, notamment chez saint Augustin, au Ve siècle XX , tantôt créature fantastique ou imaginaire, le monstre fera l’objet d’une science, la tératologie. Si l’on admet que la science commence par classer, l’aporie est immédiate : par définition, le monstre est hors-norme, soit inclassable. Improbable objet de science, il n’en est pas moins objet de méditation, de réflexion ou d’analyses, de la médecine au droit en passant par l’histoire – Ernest Martin conjugue ces trois points de vue dans son Histoire des monstres depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours XX .

Cette triple approche est moderne, ou elle le fut. Au XIXe siècle, avec Étienne et Isidore (respectivement 1772-1844 et 1805-1860) Geoffroy Saint-Hilaire (père et fils), la tentation scientiste se faisait jour. Dans leur Dictionnaire classique…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:monstre science genre identité texte homme - "Introduction"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Wallonie rapsodie

Essai sur l'identité d'un peuple.La bistouille, l'escavèche mais Robert Campin, Simenon, le site mégalithique de Wéris,…

Le Voyage au bout de la nuit de Céline : roman de la subversion et subversion du roman

À propos du livre À travers les différents niveaux de sens que le texte romanesque du Voyage au bout de la nuit superpose, cet ouvrage serre de près le processus d'instauration du langage célinien, de la surface des mots à la totalité de la création. Transposant la rhétorique de l'argot en un formidable discours subversif, ce langage fonde l'identité symbolique de Bardamu, le héros-narrateur, mais aussi celle de Céline dans cette Nuit de l'écriture où, entre vécu et imaginaire, durée et Histoire, désir et néant, l'écrivain triomphe des discours sociaux de son temps par l'affirmation souveraine d'un style. Mythe romanesque du voyageur de la Nuit, hallucinant de vérité désespérée et de révolte ; mythe littéraire de l'écrivainargotier dont le propos embrasse dans sa revanche verbale toute la honte, toute la souffrance du Mal contemporain : deux niveaux de cette «écriture de la parole» qui entretiennent un subtil trompe-l'oeil entre le sens et la représentation. C'est dans ce travail que résident la modernité de Céline, son art réel d'écrivain comme sa compromission authentique de sujet face à la société et à l'Histoire. Cette étude est le fruit d'une technique magistrale et…