Fragments de la mort de Chet Baker


RÉSUMÉ
L'envol mortel de Chet Baker.
  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Stéphane Lambert
Auteur de Fragments de la mort de Chet Baker

Poète, romancier, essayiste, Stéphane Lambert est né en 1974 à Bruxelles. On lui doit notamment les romans Les Couleurs de la nuit (2010) et Paris Nécropole (2014), ainsi que Mark Rothko, Rêver de ne pas être (2011) et Nicolas de Staël, le vertige et la foi (2014) dans le domaine de l’essai.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:envol mortel - "Fragments de la mort de Chet Baker"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Hanska – la condition humaine en abyme

Hanska , le sixième roman de Rossano Rosi, a des allures de matriochkas, ces poupées russes qui s’emboîtent les unes dans les autres, mais de manière si…

Rêves et vies d’Alphonse Brown, Mike Triso, Henri M et Diego Dora

À dix reprises, Vincent Tholomé a rencontré des élèves de l’Institut Technique de Namur, recueilli leurs vies, leurs rêves, leurs pensées, leurs silences. Comme ces adolescents de 4 QIB (4ème qualification industrie du bois) et de 4 QTP (4ème qualification en travaux publics) assemblent des machines, des meubles, ici, avec Vincent Tholomé, ils assemblent des fragments de leurs vies, construisent un récit qui a la particularité d’être fondu en un seul texte collectif, scandé par les noms d’Alphonse Brown, Mike Triso, Henri M et Diego Dora. La circulation de la parole permet d’interroger les rapports à soi, aux autres, au monde. Vincent Tholomé place la démarche sous le signe de l’art japonais du kintsugi, l’art de recoller les restes, de rassembler les ruines, les morceaux d’un bol brisé. Confiant, sans tabou ni censure, leurs désirs, leurs angoisses, les adolescents expriment ce qui est le plus souvent tu, livrent leurs relations aux machines, aux lieux de l’école, au quotidien.  «  Des fois, je suis comme un iceberg dont on ne voit qu’une partie  » confie l’un d’eux. Radiographie de leurs inscriptions dans la société, variations des humeurs au fil des jours, libération de ce qui bruit dans les corps, dans les têtes… Alphonse Brown attribue des noms aux objets qui l’entourent («  J’appelle Pauline ma garde-robe  »). L’atelier de parole collective génère des exercices d’introspection. Pour eux, la vie est un ring sauvage, le dehors est parsemé de forces hostiles. Il s’agit d’échapper aux morsures, de se battre, de tenir bon à l’heure de la dévastation environnementale qui préoccupe les adolescents. Je bois ensuite un ice tea en contemplant le méchant réchauffement climatique qui attaque petit à petit la bougie de ma vie L’ancrage dans l’existence passe chez Mike Triso par une relation privilégiée aux lieux, une poétique des espaces, une attirance pour leurs mystères. L’attention au génie des lieux se porte sur une cour, le bureau du chef d’atelier, l’établi (une bête qui peut être féroce, pleine de dangers, où les élèves parfois se blessent), le couloir vers l’internat… Les rêves bondissent dans les têtes. La passion  des objets rappelle Francis Ponge.Quand la machine devient machine à rêveries, on quitte Mike Triso pour Henri M, le songeur qui capte dans les objets ce que personne ne perçoit, les détails méprisés. Dans une poutre de béton, il voit un dragon. Son regard saisit dans les choses, les êtres, les événements ce qui est invisible pour les autres. Mike Triso rêve le réel, y superpose son imaginaire, s’abandonne au vertige des interrogations («  d’où viennent mes vêtements ?  », la vache qui a donné son cuir à la confection de mes chaussures avait-elle un nom ? Quel était le vert de son pâturage ?). Voyant au travers des objets, il écoute leur vie intime, observe leur texture, leur matière. Au milieu du non-savoir (les objets pensent-ils ? Rêvent-ils ?), une certitude émerge : «  Je sais qu’on est des ombres mortelles  ».Nouveau voyage avec Diego Dora, «  à l’humour noir et grinçant  », qui relève l’absence de filles dans les ateliers. « J’ai envie, le matin, de mordre comme un chien  » «  Alors, après, j’ai honte  ». S’élève un grand chant au conditionnel, l’évocation d’une vie hypothétique, d’une métamorphose intérieure qui permettrait d’exister autrement, d’avoir une amoureuse avec qui vivre. Le présent décolle vers un futur qui se tord dans des rêves destinés à rester dans l’onirisme. L’actuel s’envole vers un avenir qui n’est pas à portée de main. «  On croirait à un monde meilleur  ». Face aux combats de rue, aux néo-nazis, aux arrestations policières, Diego Dora et son amie vivraient entourés d’éléphants, d’araignées et de poules, soudés par l’amour.Ce qui ressort des rêves des étudiants en technique, c’est que la vie ne relève pas de la mécanique, de la planification : son machinisme est sauvage, aléatoire, inventif, tout en sauts, en bifurcations et loopings imprévisibles. Il fallait un poète comme Vincent Tholomé, esprit libre, frondeur, poète et performer de l’intempestif, pour produire cet agencement collectif d’énonciation à l’écart de tous les conditionnements et diktats sociaux. L’existence n’est soluble dans aucune équation. Signalons qu’en 2018, Vincent Tholomé et les élèves de 4TQMA de la même école ont publié chez Maelström Reevolution La mécanique automobile…