Écrire sans faute. Dictées commentées des Championnats d’orthographe


RÉSUMÉ

34 dictées pour devenir un champion d’orthographe… La pratique de la dictée permet d’évaluer ses compétences orthographiques, puis de les améliorer. Écrire sans faute met à la portée des jeunes et des moins jeunes les trente-quatre dictées des Championnats d’orthographe de Belgique de 1992 à 2002. Ces textes proviennent de 26 auteurs belges, constituant une petite anthologie de la littérature française de Belgique. Les textes présentés…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Michèle LENOBLE-PINSON
Auteur de Écrire sans faute. Dictées commentées des Championnats d’orthographe
Michèle Pinson est née le 6 mars 1943 à Libramont.
Son père, Henri Pinson, libraire, imprimeur et éditeur de manuels scolaires, en particulier de livres de «Lecture silencieuse», lui donna le goût de l'exigence, de la précision et du travail bien fait. Elle reste très attachée à la province de Luxembourg. Depuis 1988, elle est membre de l'Académie royale luxembourgeoise, à Arlon.
Comme le docteur Lucien Chenot, son grand-père maternel, avait été bourgmestre catholique à Libramont et que Fernand Pinson, son grand-père paternel, avait été échevin libéral, Michèle n'alla ni à l'école catholique ni à l'école communale. Marie-Henriette Chenot, institutrice de formation, fut la préceptrice de ses deux filles. En leur donnant la formation primaire, elle leur communiqua la passion de la langue française. Cette passion s'affirma au cours des humanités gréco-latines aux Dames de Marie, à Bruxelles, en internat, chaussée de Haecht, puis en externat, à Uccle. Michèle fit des études de Philosophie et Lettres aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles et à l'Université catholique de Louvain.
C'est le professeur André Goosse, gendre de Maurice Grevisse, qui dirigea son mémoire de licence en philologie romane, puis sa thèse de doctorat sur Le langage de la chasse. Gibiers et prédateurs. Cette thèse, éditée en 1977 par les Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, reste un ouvrage de référence. Quelques années plus tard, dans Poil et plume, Michèle Pinson explique le sens figuré des locutions de vénerie, de fauconnerie et de chasse à tir passées dans la langue courante : suivre la voie, tomber en défaut, faire curée, c'est l'hallali, chaperonner une jeune fille, doublé ou coup double ?(Duculot, 1989).
À vingt-deux ans, juste diplômée, Michèle Pinson reçoit la chaire de grammaire du français moderne aux Facultés universitaires Saint-Louis, à Bruxelles. Elle l'occupera 43 ans. Elle aime enseigner. Avec enthousiasme, elle enseigne la langue française aux étudiants des trois Facultés : Droit, Philosophie et lettres, Sciences économiques, sociales et politiques. Elle donne des cours de grammaire, de syntaxe, de dissertation, de rédaction scientifique (en 1994, publie un livre qui porte ce titre), des cours d'histoire comparée des dictionnaires français du Moyen Âge à nos jours et d'histoire des langues romanes depuis l'indo-européen. Avec la même conviction, de 1980 à 2004, elle donne un cours approfondi de rédaction française à des fonctionnaires européens du Conseil des ministres de l'Union européenne.
Parallèlement à sa charge universitaire, mademoiselle Pinson devenue en 1968 madame Lenoble-Pinson s'occupe du français dans tous ses états. En 1994, à la suite du décret, elle rédige Mettre au féminin. Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre. L'usage évolue au point qu'en 2005, elle doit établir la deuxième édition. Celle-ci est consultable sur le site du Service de la langue française : www.languefrancaise.be.
Depuis 1992, Michèle Lenoble est présidente des Championnats d'orthographe de Belgique. Chaque année, des dictées extraites telles quelles d'oeuvres récentes d'auteurs belges sont proposées aux cadets, aux juniors et aux adultes. Elles se trouvent dans le recueil Écrire sans faute. Dictées commentées des Championnats d'orthographe (De Boeck, 2e éd., 2012). Les textes audio sont téléchargeables sur un site internet. La précieuse Carte de lauréat des Championnats d'orthographe est très appréciée sur le marché de l'emploi. Site à consulter : www.championnats-orthographe.be.
Michèle Lenoble préside aussi l'APARO ou Association pour l'application des recommandations orthographiques et, à Paris, le Groupe de modernisation de la langue. Elle organisa et présida la demi-finale belge de la Dictée des Amériques, pendant quinze ans (1995-2009). Elle dirigea le C.Q.F.D. ou Cercle de qualité du français dynamique, qui traitait d'anglicismes, pendant dix-huit ans (1983-2000).
En 1997, Michèle Lenoble est appelée en tant que «personnalité qualifiée» par Alain Juppé, alors premier ministre du gouvernement français. Pendant douze ans, elle se rend à Paris chaque mois et participe aux réunions de la Commission générale de terminologie et de néologie.En se fondant sur les travaux des commissions ministérielles spécialisées (économie et finances, audiovisuel, informatique, transports...), la Commission générale établit les néologismes et les termes français de spécialités. Après avoir été approuvés par l'Académie française, les termes paraissent dans le Journal officiel de la République française. À Bruxelles, Michèle Lenoble participa à la révision belge desdits termes afin qu'ils soient installés et puissent être consultés sur le site internet de notre Service de la langue française : www.banqueterminologique.be.
Elle est membre du Conseil international de la langue française (CILF, Paris) depuis 1986. Le recueil intitulé Belgicismes. Inventaire des particularités lexicales du français en Belgique est l'oeuvre des sept membres belges de ce Conseil (Duculot, 1994).
La famille de Maurice Grevisse demanda à Michèle Lenoble d'actualiser Le français correct. Avec rigueur et clarté, elle établit deux éditions de ce Guide pratique des difficultés, l'une en 1998, l'autre en 2009 (De Boeck-Duculot). Le guide traite, par ordre alphabétique, de difficultés du vocabulaire : homonymes, nuances de sens, expressions régionales. Ensuite, il présente la conjugaison, l'accord des participes passés, le féminin des noms, le pluriel des adjectifs. Un guide vraiment utile !
Depuis 2001, Michèle Lenoble participe comme linguiste aux formations organisées par le Conseil supérieur de la justice, puis par l'Institut de formation judiciaire, à l'intention des magistrats, puis des juges récemment nommés et des stagiaires judiciaires. Un des objectifs est d'améliorer la lisibilité des jugements.
Depuis 2009, toujours avec enthousiasme, Michèle Lenoble donne des conférences et de formations à l'étranger : France, Suisse, Chine, Russie, Israël, île Maurice, Taiwan. Elle consacre ses loisirs, comme toutes ses activités, à la langue française. Sa passion est contagieuse.
Fonctions et activitésDiplômes universitaires :Doctorat en Philosophie et Lettres (philologie romane) - Université catholique du Louvain, 1974.Agrégation de l'enseignement secondaire supérieur - Université catholique de Louvain, 1965.Fonctions actuelles :- membre du Conseil international de la langue française (CILF), Paris, depuis 1986. Publication des membres belges : Belgicismes. Inventaire, 1994.- linguiste formatrice : Conseil supérieur de la Justice (C.S.J.), depuis 2001, en Belgique et en France, coll. avec l'École nationale de la magistrature; Institut de formation judiciaire (IGO-IFJ), depuis 2011. - présidente des Championnats d'orthographe de Belgique, depuis 1992.- présidente du Groupe de modernisation de la langue (Paris, Délégation générale à la langue française et aux langues de France), depuis 2002.- présidente de l'APARO (Association pour l'application des recommandations orthographiques), depuis 1996 et membre du RENOUVO (Réseau pour la nouvelle orthographe du français).- membre de l'Académie luxembourgeoise (Arlon), depuis 1988.- vice-présidente de la section belge de l'Union internationale de la presse francophone (UPF-B), depuis 2010.Fonctions antérieures :- professeur ordinaire aux Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles)
  • 1965-1968 : monitrice

  • 1968-1973 : assistante chargée d'enseignement

  • 1973-1974 : maître de conférence

  • 1974-1981 : chargée de cours

  • 1981-1993 : professeur

  • 1993-2008 : professeur ordinaire

  • à la Faculté de philosophie et lettres, depuis 1965; à la Faculté de droit, depuis 1978; et à la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, depuis 1979.- professeur au Conseil de l'Union européenne (Bruxelles), 1980-2004.- 2007-2012 : vice-présidente du Conseil de la langue française et de la politique linguistique (Fédération Wallonie-Bruxelles)
  • et présidente de la Commission de terminologie de ce Conseil;

  • et membre de la Commission de l'orthographe;

  • - 1993-2007, membre du Conseil supérieur de la langue française (Communauté française de Belgique).
  • Commission de terminologie. Une publication: Aguiche, 2007.

  • Commission de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre. Une publication : Mettre au féminin, 2 éd.

  • Commission de l'enseignement.

  • - présidente de la demi-finale belge de la Dictée des Amériques, 1995-2009.- porte-parole du module Traductologie (école doctorale Langues et lettres), pour les F.U.S.L., 2007-2012.- correspondante du professeur Charles Muller, prête à assurer la veille orthographique Orthonet,depuis 2004:www.cilf.org ou www.sdv.fr/orthonet- Terminologie et néologie. Emprunts anglo-américains
  • 1983-1994 : vice-présidente de l'Atelier de français vivant, Maison de la Francité, et

  • 1994-2000 : présidente du C.Q.F.D. (Cercle de qualité du français dynamique), 115 réunions.

  • 1984-1993 : secrétaire de rédaction de la revueQuestions de français vivant, et rédactrice des fiches d'anglicismes

  • 1986-1988 : Institut belge de normalisation (I.B.N.), Norme NBN X 04-002 (terminologie française).

  • 2000-2005 : Radio Canada : correspondante du comité de terminologie.

  • 1997-2009: Commission générale de terminologie et de néologie, Paris, Premier ministre. Plus de 125 réunions.Publication de livrets terminologiques.

  • 2005-2009 : Commission spécialisée de terminologie du ministère des Affaires étrangères, Paris.

  • - Missions d'enseignement
  • France - Université de Haute-Alsace à Mulhouse, 10-13 avril 1994 et 23-25 mars 2003.

  • Tunisie - Université d'été à Sousse, 26 juillet-2 août 2000.

  • Wallonie et Bruxelles - Formation continuée des enseignants du secondaire (CIREF), 27 mai 1978 - 25 mai 1984.

  • Chine - octobre 2009

  • - Shanghai, Université des langues étrangères (SISU) - Shanghai, Université FUDAN - Hangzhou, Université du Zhejiang - Beijing (Pékin), Université des langues étrangères de Beijing (BEIWAI) - Beijing (Pékin), Université Normale de la Capitale (CNU)
  • Russie - Ivanteevka, 26-31 janvier 2010

  • Israël - Tel Aviv et Jérusalem, Fêtes de la francophonie, 17-21 mars 2010

  • île Maurice - Institut français, Université de Réduit, 15-23 mars 2012

  • - Organisation
  • Colloque international : Le point sur la langue française (avec Chr. Delcourt), en hommage à André Goosse, 24-25 mars 2006, au Palais des Académies (Bruxelles)

  • Conférences aux Facultés universitaires Saint-Louis : 1983, Claire Blanche-Benveniste (Aix-en-Provence); 1985, F.J. Hausmann (Erlangen-Nürnberg); 1987, Josette Rey-Debove (Paris); 1993, L. Nadjo (Tours); 1994, Pierre Martel (Sherbrooke); 1996, Annette Paquot (Laval, Québec).

  • Le Mot d'Orou Coupe du français des affaires (APFA, France), de 1992 à 1999 (8 épreuves), à Bruxelles.

  • Distinctions honorifiques :
  • Officier dans l'Ordre de Léopold (Belgique)

  • Commandeur dans l'Ordre de la Couronne (Belgique)

  • Chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques (France)

  • Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres (France)


  • AVIS D'UTILISATEURS

    FIRST:orthographe - "Écrire sans faute. Dictées commentées des Championnats d’orthographe"
    stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

    Ceci pourrait également vous intéresser...

    Tout peut commencer à trembler

    Comme pour mieux se rendre disponible à l’écriture, Lucien…

    Le Journal des Poètes

    Le Journal des Poètes existe. Les façons d’entrer dedans sont multiples. Mais en est-il une bonne ? Celle-ci, comme un chemin de traverse. Une critique en plein air, comme on le dit d’un chicon de pleine terre... Le Journal des Poètes existe. Les façons d’entrer dedans sont multiples. Mais en est-il une bonne ? Celle-ci, comme un chemin de traverse. Une critique en plein air, comme on le dit d’un chicon de pleine terre... 17 janvier 2020, rue du Marteau. Julie n’est pas là, m’annonce un monsieur en pantalon rose, mais la revue attend sur son bureau. Et voilà qu’une collègue me la passe au téléphone : Prends tout ton temps. C’est que j’aurais bien aimé lui souhaiter la bonne année de visu. Et cette absence d’échéance m’inquiète : je risque de ne rien remettre du tout… Le Journal des Poètes en est à sa quatre-vingt huitième année d’existence – cela impose le respect, comme à un auguste vieil homme qui tournerait au ralenti. Sur le dos, on peut lire : «  Chez nous qui vivions/ On allume chaque fois que la mort éteint. »  Hommage à Véronique Wautier.  Ce vendredi, parler de quelque chose semble au-dessus de mes forces. L’humour n’est point de mise. Il va falloir chercher qui est qui ; se renseigner un peu ; enlever la douleur. Alors, je traîne ce léger volume dans mes mauvaises mains entre Saint-Josse et Schaerbeek, guettant la ligne qui me réveillerait. Le ciel se dégage. Tout est calme. Je ne comprends rien ; j’attends. L’après-midi s’avance à pas lents. Des mots et des mots ? Des colonnes. Des groupes, des paragraphes. Des comptes rendus. Des blocs de sens. La grammaire. L’orthographe. La traduction. L’érudition. Le travail. La production. C’est sans doute admirable, ce soin à transmettre la vie de l’esprit… Qu’est-ce qui me parle là-dedans ? Tout. Rien. Ça se lit. Tout est bien. Je survole. Nuit sans sommeil. Il faut que le cerveau accepte la jambe. Que nous allions ensemble encore un peu. Partir ? Rester ? Des nuages réapparaissent. Le soleil joue à cache-cache. Il paraît qu’il n’est pas tombé un gramme de neige à Moscou. Qu’est-ce que les poètes ont à nous dire aujourd’hui ? Lettres noires sur fond blanc. Je cherche autre chose. Qu’y a-t-il à ajouter après l’entretien entre Pierre-Louis Flouquet et Pierre Reverdy, datant du mois de janvier 1932, qui ouvre ce numéro ? Le premier demandait : « Votre conception du Poète doit vous porter à croire qu’il possède le sens spirituel de l’heure. Serait-ce aussi vrai pour le social que pour le spirituel ? » Reverdy répondait :  Certes. Nul plus que le poète n’a le sens de tous les problèmes spirituellement et socialement posés par son temps ; mais nul moins que lui n’est propre à agir sur le plan des réalisations. C’est là sa malédiction qu’il est généralement maladroit dans l’action autant qu’il est habile et subtil dans la spéculation. Il est PROPHÈTE , il n’est pas politique.  Revenir, après cela ? Ici ou là-bas ? Comment dire ce qui nous tient ? Ce qui nous lie, nous sépare ? Où est le lieu ? Ce qui fait de nous ce que nous ne sommes pas ? Ou plus. Ou pas encore. On va habiter tous en Equateur. Comme ça, on ne va plus se compliquer la vie ! Voilà ce que mon âme affirme dans les rues de Bruxelles. Et peut-être n’a-t-elle pas tort. Je tourne les pages. Elles me retournent sans problème. Je les recopierai une autre fois. Et puis, soudain, l’hommage de William Cliff à Antoine Emaz. Au passé simple :  La première fois que nous nous rencontrâmes, nous n’échangeâmes que quelques phrases évasives, comme s’il y avait de la gêne de part et d’autre. Parmi les lignes et les pages, les mots et les phrases, une voix brise le silence. Une voix se fait entendre dans ma gorge comme un fracas familier. Et cela suffit à réveiller les morts. Allumer la lumière sur mon trajet de léthargie. Comme une entente qui dégage la route des années mortes et vaines, oublieuses, oubliées. Vers d’autres contrées, d’autres cieux, d’autres songes. D’ailleurs, un train passe sous le pont de mon enfance. Un poème revient. Hommage à Conrad Detrez :  Sainte Mère de Jésus toi qu’on a inlassablement invoquée au long des longs siècles de chrétienté tu n’as pas été sourde à ce petit Wallon quand sa prière humble vers toi s’allon- geait à travers une enfance martyre Dame du Ciel reine des souvenirs accueille-le dans ton cœur innombrable et qu’il y trouve une eau meilleure à boire que celle bue au moment de mourir Et maintenant que quelque chose se termine, peut-être…