Dode Hoek (Angle mort)


Est-il possible de s'attacher à un personnage odieux, ouvertement raciste et franchement populiste, jusqu'à le suivre dans les aventures les plus folles ? C'est l'étonnant défi que s'est fixé Nabil Ben Yadir et qu'il relève haut la main avec Angle mort (Dode Hoek). Mettant en scène Jan Verbeeck, un commissaire aux pratiques douteuses qui quitte son poste à responsabilités pour rejoindre un parti d'extrême droite, le réalisateur signe un thriller haletant qui, au-delà d'une action pleine de rebondissements, nous confronte aux affres du devenir politique. Au commencement, il y a le mythe. Afin de témoigner du caractère populaire autant que populiste de Jan Verbeeck, c'est sur un plateau de télévision que s'ouvre le film. Vendant à la fois son livre et son entrée en politique, l'homme qui est alors encore commissaire en charge de stups à Anvers prend littéralement en otage l'animateur d'un talk-show contemporain en s'offrant une liberté de parole que la formule…
  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:xfirstword - "Dode Hoek (Angle mort)"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10141 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Petite histoire de taille

Ce n’est pas uniquement tailler pour tailler, c’est répondre à une demande, un appel ; remettre…

En quelques mots

Concevoir, rédiger, composer, adapter, citer, copier-coller, chorégraphier,…