Dans le vent pourpre


RÉSUMÉ

« Un couteau se lève dès que tu écris ». Le ton grave, pessimiste des premiers poèmes cède à l’évocation de courts bonheurs, ceux du matin, du chant des oiseaux, des collines, du soleil confident, des fleuves, de la mer. Philippe Mathy n’est pas seulement spectateur de la vie qui passe, il en arrache des poèmes qu’il « dépose sur une page en espérant qu’elle brûle ».





NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Constitué de sept sections, chiffre symbolique s’il en est, présent dans de nombreuses cultures, désignant l’absolu, la totalité, l’émergence d’un monde nouveau et l’union des contraires, le présent recueil de Philippe Mathy, rehaussé de gouaches sur papier du peintre André Ruelle (Charleroi, 1949), s’inscrit dans l’esthétique habituelle du poète, avec toutefois une tonalité plus noire, plus dramatique pour les poèmes écrits pendant une résidence d’écrivain à Verdun ainsi que pour ceux de Jours de cendre. Dans le vent pourpre ; Dehors, mains ouvertes ; Rive de Loire et Belle-Ile s’offrent comme des suites renouant avec une méditation sur la beauté de la nature, méditation non dénuée de gravité,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:poème recueil - "Dans le vent pourpre"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Battre l’immense

Sur les soixante poèmes qui composent le nouveau recueil de Béatrice Libert, trente-six…

Clair de lune de musiciens

Recueil de poèmes avec des illustrations de Robert Willems.

Dans les jardins mouillés

Douze poèmes trouvés dans les jardins mouillés entre Arras…