Célibat


RÉSUMÉ
Traduction d'une pièce de théâtre de Tom Lanoye inspirée du roman Célibat de Gérard Walschap. Epoque de la guerre de 14-18. Les d'Hertenfeldt ont toujours été les maîtres du village. Seul André, pâle rejeton établi à la ville, peut sauver la lignée. Mais une enfance trouble l'a marqué…
  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Danielle Losman
Auteur de Célibat

Traductrice littéraire néerlandais-français et anglais-français, Danielle Losman est née à Gand. Après un doctorat en sciences à l'ULB (Université libre de Bruxelles), et de nombreuses années consacrées à la recherche et à l'enseignement, elle s'occupe des équivalences d'études à la Commission d'homologation de la Communauté française de Belgique. Passionnée par la littérature, elle fera partie de la première promotion du Centre Européen de Traduction Littéraire (1989-1991).
Elle traduit de la poésie et du théâtre (Hugo Claus, Leonard Nolens, Eriek Verpale, Tom Lanoye, Hubert van Herreweghe) ainsi que des romans. Elle a traduit Margriet de Moor, Leon De Winter, Helga Ruebsamen, Renate Dorrestein, Lieve Joris, Roger van de Velde, Stefan Hertmans. Elle collabore à la revue Septentrion. Elle travaille pour le moment à la traduction de quatre nouvelles de Nescio pour Gallimard. "La science et la littérature ne sont certainement pas antinomiques. Un scientifique doit avoir à coeur de s'exprimer clairement et avec élégance. Les mathématiques, par exemple, ont une terminologie qui n'a rien à envier au langage poétique : concision, qualité d'évocation, élégance, créativité".


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Célibat"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les Flaireurs suivi de Pan

Avant-propos de Georges Sion Introduction…

Notes prises d'une lucarne suivi de Petit théâtre aux chandelles

Préface de Robert Frickx À propos du livre Les Notes prises d'une lucarne sont le produit d'un exercice quotidien qu'Hellens s'est imposé durant l'année 1917. On retrouve, dans ces textes en prose, d'une admirable sobriété, le reflet de la mutation que, sous l'influence de la lumière du Midi et des peintres qu'il fréquente alors (Matisse, Archipenko, Modigliani, André Lhote), l'art du poète subit après 1915. Quant au Petit théâtre aux chandelles , composé vers la même époque, il dénote un art très sûr de la scène, qui se concrétise notamment dans un mélange subtil d'érotisme, de légèreté et de cruauté. Mariant le badinage au cynisme, le théâtre d'Hellens fait penser tantôt à Marivaux, tantôt à Musset, mais il s'écarte de ce modèles dans certaines pièces qui, tel Massacrons les innocents, annonce l'univers baroque de…

Dounia

Le récit démarre dans une rame de métro. Une explosion retentit. Tout se fige. Après le bruit assourdissant, les cris et la peur font…