Un voyage en automne



À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean-Claude Pirotte
Auteur de Un voyage en automne
Dans ses oeuvres, Jean-Claude Pirotte déploie l'irrépressible nostalgie de ceux qui savent que les heures ne résistent pas au temps. Mieux que personne, cet authentique poète en tire d'opportunes conclusions : vivre est impossible; il faut s'élever par la chute, au coin du zinc, avec les perdants comme auditeurs désabusés, car eux seuls entendent les appels feutrés des cépages mystérieux. Pirotte parle la langue des revenants qui vendraient leurs os pour un Chantournais ou un Graves. Mieux, ce plumitif un rien pédant et très ivrogne concilie la tradition du lieu avec celle du gosier. Sa passion est de nous les faire partager, sous un ciel immense, animé par les plus fins bruissements.Jean-Claude Pirotte est né le 20 octobre 1939 à Namur. Il devient avocat en 1964, à défaut d'autre chose. En 1975, ennuis judiciaires. En 1984, retour au droit, par le plus ignoble des paradoxes, et à Namur, par goût de la fatalité.Ce qui a compté, c'est l'adolescence, les séjours hollandais, les grandes tournées dans les provinces, de Groeninge à Florence ou Malaga, la Bourgogne, les Ardennes, le pinard, les bistrots, l'anonymat des petites villes perdues, les amitiés, aussi.Interrogé sur les événements de sa vie, Pirotte répond qu'il a vécu quelquefois, est mort souvent, et ne se reconnaît guère aujourd'hui dans les existences successives qui encombrent sa mémoire douteuse. Sans doute, il y eut le gamin vagabond qui parcourait la hollande à bicyclette, l'espèce de gigolo démonomane qui fréquentait les zincs de Strasbourg - Saint-Denis, l'adolescent attardé roulant sa bosse dans des provinces perdues de France et d'Espagne, mais après tout, dit-il, ces voyages médiocres ne révèlent qu'une pratique incertaine, celle d'un mauvais art de la fugue, marqué du plus médiocre romanesque. Si j'ai vécu, ajoute-t-il, ce ne peut être que dans les livres, et plus encore dans ceux des autres que dans les miens. A chaque voyage, il faut se reconstruire, tout est à refaire. Une vie, ce n'est pas la somme de vies improbables. Jan Idsega, le personnage de Fond de cale, suggère qu'il n'est pas né d'une femme, mais d'une phrase, d'une métaphore dans un livre ou d'une ombre de brume sur la mer.Sur ses origines, ses disparitions, ses réapparitions, Pirotte répond n'en pas savoir davantage.Outre l'écriture, Jean-Claude Pirotte se commet aussi dans la peinture.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Karoo

Un peu de pluie pour attendre la nuit. Un peu d’amour pour oublier le jour. Un peu de temps pour être indifférent. Un peu de voyage pour tourner les pages.


« On voit partout de très vieux hommes détruire en construisant. » Une feuille morte me caresse la joue. Je lève les yeux et je vois la vie. Le chêne semble dédier toute son énergie à croître et à défier la gravité pour toucher le ciel. « Ne cherchons-nous pas tous un accroissement de notre être, Véra ? » L’homme tend aussi vers le ciel. Dans sa cavale, il laisse les traces de ses pas sur le papier. Course contre le soleil qui fait perdre la lumière, que reste-t-il pour les abeilles en hiver ? Peut-être que les nuages…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:vie homme ciel - "Un voyage en automne"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Dans nos archives : journalisme et littérature

Depuis 2013, l’ONU a institué le 2 novembre comme la journée mondiale pour la protection des journalistes. À cette occasion, nous republions…

Sauvageon

Il aurait pu être un petit prince à qui l’on donne «  l’azur, cent peluches…

Quelques textes de Henri Karthaus (Dison 1906 - Verviers 1974)

Des quelque deux cents textes qu’il avait dans ses cartons au moment où il a été décidé de publier le recueil XX dont nous disposons, Henri Karthaus en a retenu quatre-vingts. Et, parmi ceux qui ont été publiés, nous nous contenterons d’en retenir trois, qui, à nos yeux, représentent la diversité de sa palette. Nous proposons une version « fellérisée » des deux premiers textes, tandis que le troisième est donné dans sa version originelle. On prendra en compte les remarques suivantes de Jean Lechanteur : « Les textes en wallon posent des problèmes : surtout notation de ê très ouvert (fwêrt, fiêr d’vwêr, etc.) avec ê ital., mais ce son est le même que celui qu’on a dans minme, mins, min, vint... La dénasalisation de on en ô est claire, mais cependant pas toujours notée par les auteurs verviétois : par ex. dans Mu fi, v. 5 dj’ donreû > dôreû. La dénasalisation de in en é est claire aussi. Celle de un en eû aussi : comeû, djeû ‘juin’. Dans ces trois cas-là, il conviendrait de noter la forme dénasalisée. Pour le ê très ouvert (cf. ci- dessus), on pourrait noter ê ital dans texte en rom. (ou l’inverse) quand il provient de l’ouverture de ê (sous l'influence de r ou de yod), mais je suis tenté de conseiller de l’écrire in lorsqu’il procède d’une dénasalisation (ceci en indiquant bien entendu dans une note sa prononciation correcte). Idem pour an : noter an, en indiquant qu’il est ordinairement dénasalisé (entièrement ou partiellement). »                                                                        * Voici d’abord un petit poème où il nous dit son affection de père pour son enfant (Œuvres Wallonnes, p. 41) : Mu Fi Mu fame èst portant binamêye, Mins dj’inme co mî mu p’tit gamin. Por mi, c’èst l’ mèyeû d’ lès moumints, Qwand dj’ so tot près d’ mu p’tit cint-mêyes. Por lu dj’ dôreû l’ mitan du m’ vêye Po qu’i n’åye jamês nou toûrmint. Mu fame èst portant binamêye, Mins dj’inme co mî mu p’tit gamin. Su mame èt lu « quéne comèdêye ». I s’ quèr’lèt lès treûs-qwårts dè timps, i-arive qu’i fåt qu’ile lîve lu min, so su p’tite djêve fwêrt afrôtêye ! Èt m’ fame èst portant binamêye. XX Voilà une façon bien souriante et renouvelée de décrire l’affection que les parents donnent à leurs enfants : non, l’amour maternel n’est pas plus grand que l’amour du père ; non la sévérité n’est pas l’apanage du père, tandis que la mère se réserverait l’exclusivité de la tendresse. De plus, cette redéfinition des rôles au sein du couple n’exclut pas l’affection que chacun des parents porte à l’autre : Mu fame èst portant binamêye.                                                                   * Le texte qui suit est le seul texte qui ne soit pas rimé (Œuvres wallonnes, p. 76-77). Les rôles des parents ont cette fois rejoint la convention : le père, sévère, a ses exigences ; la mère, plus conciliante, accepte les accommodements. Pour rappel, c’est en 1914 que la loi a porté la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans, mais, en raison de la guerre, cette loi n’est entrée en vigueur qu’à partir de 1919. On peut normalement supposer que Henri Karthaus n’a pas pu bénéficier des avantages de la nouvelle loi. L’auteur est bien cons- cient que l’école est un important vecteur de promotion sociale. On sera sensible à la chute du récit qui prend des allures de pirouette souriante. One bone îdêye Lu sin.ne su passe èn-one couhène d’ovrîs. Dusmitimps quu l’ pére su rase è l’ôte tchambe, lu fi, on gamin d’ôze ans, dumande à s’ mére po-z-aler djower. Cisse-vo-cèle, qui tricote à l’ finièsse, lî fêt sène qu’âyi. Mins tot-z- ètindant quu s’ fi drouveure lu pwète tot brèyant « Djusqu’à torade », lu pére abroke è l’ couhène, lu mintô plin d’ sav’nâre. Lu pére. – Wice alez-ve, vos ? Lu fi. – Dju m’ va djower, mi, papa. Lu pére. – Èt vos d’vwêrs ? Lu mére. – Oh ! i lès f’rè torade, hê ! Qu’i vasse ô pôk so l’ pavêye. Lu pére. – Çu n’èst né torade, c’èst asteûre qu’i fåt qu’i lès fasse. Lu fi. – Mins, papa, dj’a bé l’ timps, èdô ! I n’èst qu’ qwatre eûres èt d’mêye Lu pére (måva). – I n’a né dès mins qui tègne. Dju vou qu’ô fasse lès d’vwêrs duvant d’aler djower èt qu’ ça seûye sognî à l’ pèrsicot. Lu mére. – Djans dô, pére, nu v’ mètez né d’ måle umeûr po si pô d’ tchwè ; vos-alez co ’ne fêye èstèner l’ gamin tot brêdihant come vos l’ fez. Lu pére. – I m’ sôle quu c’èst bé m’ dreût après tot. D’alieûr, dju vou qu’i stûdêye à fôd, po qu’i d’vègne on-ame éstrwit, parèt mi, èt né one bièsse come i ènn’ a tot l’ lôg dèl vôye ! Lu mére. – Oh ! Vos vèyez tofêr pus neûr quu ç’ n’èst. Lu p’tit n’aprind né co si må à m’ sôlance. Lu pére. – Come one ågne, volez-ve dîre ! Loukîz sès cayès ! (À s’ fi) Prind ô pô t’ malète, là, valèt ! Lu fi (tot volant plorer). – Volà, papa. Lu pére. – Nu tchoûle né sés-se ! ou dj’ tu make lu tièsse å meur ! (Lu pére prind lès cayès foû dèl malète dè gamin, i lès droûve èt mosteure one pådje à s’ fame) : Loukîz ! Ré qu’ po lès d’vwêrs d’îr, mossieû aveût dîh-ût côps d’ rodje crèyô dè mêsse du scale, èt ô « ruc’mincî» èl lizîre dè cayè. Cint mêyes miliârds ! Dîh-ût fåtes so quéquès rôyes ! Vos m’ètindez èdô ? So quéquès rôyes ! Lu mére. – Nu v’ måvrez né come çoula dô fré. C’èst sûr, c’èst lêd du fé tant dès fåtes, mins d’on-ôte costé, vos ’nnè savez né tot plin pus qu’ lu, vos. Lu pére. – Mins mi çu n’èst né du m’ fåte parèt, ô m’a mètou à l’ovrèdje à l’adje du noûv ans. Qwand dj’ tûze qu’i m’ faléve dumander å fileû si dj’ poléve qwiter po-z-aler å cåtizème, çu n’èst né aler è scale djusqu’à quatwaze ans èdô çoula ! Èt dj’ sé lére èt mî scrîre quu lu. Lu mére. – Nu barbotez né tant, lu gamin nu stûdêye né todis po duv’ni ô grand savant. Lu pére. – Mins çu n’èst né po ’nnè fé ô martchand d’ clicotes nô plus ! (À s’ fi) Djans, mu dîreûs-se bé çou qu’ tu vous fé pus tård po gangnî t’ vêye ? Tu n’ vas né t’aler mète al fabrike come mi portant ! Dj’åreû tant volou t’ vêy duv’ni ô docteûr, on-avocåt, ô notêre, one saqwè po gangnî dès çans, mins nèni ! Lu fi (qui pleûre duspôy one bone hapêye, rulîve su tièsse tot r’ssouwant sès låmes). – Mins, papa, pwisquu vos d’hez quu dj’ fê tant dès fåtes è francès, bé, pus tård dj’årè l’êr du scrîre è flamind èt dj’ pôrè postuler po ’ne plèce du scriyeû å gouvèrnumint! XX                                                                      * La guerre occupe pratiquement un quart du volume. Le discours se fait plus grave : Henri Karthaus dit sa douleur, mais non sa haine. Ce poème est daté du 12-7-1944. XX  Cette fois, on reproduit le texte dans la version orthographique de l’ouvrage.  © Guy Belleflamme, 2016. NOTES 1. Henri Karthaus, Œuvres wallonnes, préface par Prosper Libert, Verviers, Imprimerie Le Travail, 1947, 110 pages. 2. « Mon fils / Ma femme est pourtant (bien) gentille, / Mais j’aime encore mieux mon petit gamin. / Pour moi, c’est le meilleur des moments, / Quand je suis tout près de mon petit cent-mille [francs s.-e.] (= terme affectueux des parents à l’égard de leur enfant). //Pour lui, je donnerais la moitié de ma vie / Pour qu’il n’ait jamais aucun tourment. / Ma femme est pourtant (bien) gentille, / Mais j’aime encore mieux mon petit garçon. //Sa mère et lui : quelle comédie !/ Ils se disputent les trois-quarts du temps, / Il arrive qu’il faille qu’elle lève la main, / sur sa petite figure fort effrontée ! /…