Boardel de foot !


RÉSUMÉ

« Les arbitres de football sont les victimes consentantes de Lois du Jeu mal fichues, que les gérontocrates et l’International Football Association Board (l’IFAB) ne chipotent pourtant qu’avec des pincettes. En revisitant vingt ans de chroniques pour Sport Foot Magazine, Bernard Jeunejean passe ici en revue les principales actions de match sujettes à polémiques continuelles. Les lois sont-elles équivoques depuis longtemps, le sont-elles à dessein, pour quelles raisons et avec…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Bernard JEUNEJEAN
Auteur de Boardel de foot !
Né à Gembloux le 8 octobre 1952, Bernard Jeunejean réside dans la province de Luxembourg depuis 1977.Après une licence/agréation en Histoire de l'Art/Archéologie à l'Université de Louvain avec cours optionnels sur cinéma et médias, il a tout d'abord travaillé au recensement du patrimoine architectural rural de la Vallée de Attert.Il a ensuite presté plus de 30 ans à la Médiathèque de la Communauté Française de Belgique, dans diverses fonctions : services de prêt, responsablilité du Discobus en Province de Luxembourg, secrétariat du Conseil d'Entreprise, attaché de direction et initiateur d'une collection Education par le sport. Depuis 1977, Bernard Jeunejean mène parallèlement et en free-lance une activité journalistique, essentiellement footballistique : de 1977 à 1990, correspondant sportif pour Le Ligueur sous le pseudonyme de Bernard Cierreux. Depuis 1982, collaborateur à Sport/Foot Magazine, depuis 1986 il tient une chronique d'humeur hebdomadaire. Il a également collaboré à la RTBF lors des Coupes du Monde de 1994, 1998 et 2002), et au talk-show/radio de Bel RTL Va y'avoir du sport en 2004.Impliqué dans les milieux footballistiques de la province de Luxembourg, il y entraine depuis 1991, et a créé le Roch d'Or (Quizz de foot houffalois) en 1996.Occasionnellement, il participe également aux jurys de mémoire de l' ISIS/Liège lors de mémoires en communication concernant le football.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Boardel de foot !"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9631 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Mille neuf cent quatorte - Mille neuf cent dix-huit, La Grande Guerre

Il y a cent ans commençait cette abominable guerre qui sera, pour des millions d'hommes, une guerre de souffrance et de massacres. Une tuerie sans nom. Elle durera plusieurs années, par tous les temps, et supprimera plusieurs générations de jeunes gens d'Europe qui ne savaient même pas pourquoi ils s'entretuaient. Comment les plus grandes nations de ce monde se laissèrent-elles entraîner dans un conflit d'une telle ampleur ? Comment leurs dirigeants purent-ils envoyer à la boucherie des milliers d'hommes dans l'unique but d'assouvir leur quête de pouvoir et de gloire ? Comment a-t-on pu oublier... et tout recommencer vingt ans plus tard ? Au-delà de la description des événements, le commandant Henri Castor cherche à comprendre et à expliquer les causes de la Première Guerre mondiale, interrogeant les archives, sondant les faits, questionnant les décisions. Mais l'horreur pure peut-elle être…

L'Ardenne d'autres fois, d'autres jours...

L'Ardenne d'autres fois, d'autres jours... présente l'évolution démographique. En 75 ans, 1080 villageois s'en sont allés. Où ? Pourquoi ? Il analyse l'habitat et l'extension de la localité de 1843 à 2008 avec les différents types de maison. Il évoque les maladies et le passage d'une moyenne de 35 ans d'espérance de vie dans les années 1920 à 57 ans la décennie suivante. La religion est abordée avec l'ancienne église, le presbytère, le cimetière, les chapelles, les calvaires, les potales, les curés et les anecdotes, l'état religieux, les jalons d'une vie, les processions, les reposoirs, le centenaire de l'église. Les guerres ne sont pas mises entre parenthèses avec les soldats napoléoniens, la grande guerre, ses drames, les ersatz, la propagande, la déportation, le marché noir, les Zeppelins,... La guerre 40-45 est développée via un précieux carnet de captivité dans le Reich, le carnet d'exode d'un civil, les rappelés, la vie sous l'occupation, le travail obligatoire, la Résistance, les prisonniers allemands de l'église ou comment Vesqueville faillit devenir un Oradour-sur-Glane, la libération, l'offensive Van Rundstedt vécue au jour le jour, la fête de la victoire, la reconstruction,...Et puis il y a la nourriture avec des expressions comme «touïsse», «sorèt», maquée, «brîes», «brïjée», «knèpes», ... En cas de disette, on mangeait hérissons ou « cwârnayes » ! Les vêtements ont été confectionnés à partir de chanvre, de lin, de laine pour «ventrins», sarraus, «hâlètes» ou «bachniks». L'analyse des modes de chauffage de toutes les maisons est suivi par celle de l'éclairage qui fut à l'huile de chènevis, de colza ou de faines avant le carbure et le pétrole. L'instruction a subi toutes les péripéties de la guerre scolaire et la condamnation du curé à huit jours de prison ! Les instituteurs et institutrices depuis 1823 n'ont pas été oubliés. Tout comme le wallon qui était la langue usuelle. Rien ne manque dans cet ouvrage, pas même la mentalité des gens, leur caractère et les légendes, la sorcellerie et une analyse fouillée de tous les surnoms et sobriquets des villageois avec leur origine. Ni les loisirs : Saint-Paul, grand feu, «Ram ta tam», le mois de Marie, les deux « dicôces », les noisettes, la bibliothèque, le football, le théâtre, la JRC, la jeunesse, le comité des fêtes, Ardenne d'autrefois,...…