Au non du père : Le fils de Joseph, film d'Eugène Green


Après les échappées portugaises , (La Religieuse portugaise, 2009) et italienne (La Sapienza, 2015), l'inclassable Eugène Green revient en territoire parisien et délivre une quête du père à la fois lumineuse et terrible. Co-produit par les films du Fleuve, ce nouvel opus déroute, émeut, agace et révèle un jeune comédien éblouissant, Victor Enzenfis. Construit en cinq parties inspirées d'événements bibliques, Le Fils de Joseph nous révèle Vincent, un adolescent élevé avec amour par sa mère, Marie, une infirmière au cœur d'or. Mais celle-ci lui a toujours caché la vérité à propos de son père dont elle refuse de dire le nom. Bien entendu, ce nom du père renverra au « Non » de ce même père à l'égard de ce fils qu'il ne reconnaît pas. Lorsque Vincent découvre qu'il s'agit d'un éditeur parisien arrogant et égoïste, il met au point un projet de vengeance qui sera contrecarré par une rencontre inattendue. Dès les premières scènes, le style de…
  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:xfirstword - "Au non du père : Le fils de Joseph, film d'Eugène Green"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10141 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L'Ouragan, un roman court

Beaucoup de places étaient vacantes dans le compartiment de première,…

Camera-etc, atelier d'animation

Cinergie poursuit sa tournée des ateliers de la Fédération…

Çou k’ djåzer walon vout dire ( Istwere / motlî walon )

Ci nute la, endè touma 3 ou 4 do costé d’ Ougrêye et d’ Kincampwès ossu. Bén k’ nos avéns pris l’ decizion do dmani el cåve, mi popa nos djha : 
« Ci côp cial, mes efants i nos fårè bén rprinde li voye di l’ abri. » Tot-z apiçant al vole kékes covtoes po s’ restchåfer la wice ki n’ fijheut nén solo, vo nos la-st evoye tot corant, prindant l’ rowe lérece del cité et Dzo les Vegnes po rdjonde l’ abri d’ Chimeuse k’ esteut d’ foirt lon li pus seur disconte les bombes et les robots. Come nos arivéns å pî d’ l’ ovraedje, divant nozôtes si dispaitchént come i polént ene pitite feme avou ses cwate efants. Vos vs dotez bén ki l’ feme aveut totes les poennes do monde a fé avanci s’ trûlêye. A l’ copete del gritchete ki moennnéve a l’ abri, li responsåve breya: 
« Hê, vos, la, nosse dame ! Dixhombrez vs on pô avou tos vos djonnes ! Mi, dji doe serer l’ poite. » Dj’ oya-st ossu tot passant divant l’ ome di l’ abri li feme ki lyi breya tote dishoflêye: 
« Dijhoz, måhonteus, c’ est les robetes k’ ont des djonnes. » Cisse-lale, 
« c’ est les robetes k’ ont des djonnes ! », mågré ki dji n’ aveu k’ set ans, dji n’ l’ a måy rovyî. C’ esteut ene tote bele replike et l’ responsåve ni trova rén a responde. Mi, après tant d’ anêyes, elle est dmanowe e m’ tiesse, et î dmorrè disk’ å dierin djoû di m’ veye. C’ est come si c’ esteut scrît e m’ cervea. Li guere, paret ! © Richard Joelants, li 13 d’…