Adieu veau, vache, cochon, couvée…



À PROPOS DE L'AUTEUR
Béatrice Libert
Auteur de Adieu veau, vache, cochon, couvée…
Née à Amay-sur-Meuse, le 1er décembre 1952, elle vit à Liège.Depuis l'enfance, Béatrice Libert est fascinée par le monde du langage et l'empire des mots. Elle a été longtemps professeur de français et de théâtre dans l'enseignement secondaire.Aujourd'hui, elle écrit, anime des ateliers d'écriture pour adultes, des rencontres littéraires, donne des conférences et des formations continuées pour les enseignants désireux de s'ouvrir à la poésie moderne et contemporaine. Elle dirige la collection L'horizon délivré , consacrée à la Pédagogie et aux Arts, dans la Maison d'éditions Couleur Livres à Charleroi. Elle est aussi comédienne. Ses lectures publiques sont accompagnées par la harpiste liégeoise, Angélique Giorgio. Son spectacle créé à partir de ses textes, mis en scène et interprété au Théâtre royal de L'Etuve en 2008 et 2009 a été sélectionné pour le Festival de Stavelot en juillet 2009.Quelques-uns de ses poèmes ont été mis en musique par Michel Bruno (Liège), Xavier Buffet (Paris) et Jean-Luc Darbellay (Bern).Passionnée par l'art sous toutes ses formes, elle collabore avec des artistes musiciens, peintres, graveurs et photographes. A ce titre, elle a cosigné une quinzaine de livres d'artistes et collaboré à plusieurs expositions. En 2008, elle a créé une collection de cartes poèmes avec peintures ou collages personnels.Critique de poésie, elle a consacré plusieurs études à l'oeuvre du poète et romancier français Jean Joubert ainsi qu'à la poésie des femmes. Elle a publié des poèmes, des essais littéraires et pédagogiques, des récits, des nouvelles, des œuvres pour la jeunesse et le théâtre. Elle est membre de l'Association des Écrivains Belges, du Cief, de la Charte, de la Scam et du Pen Club international. Ses poèmes sont traduits en plusieurs langues et publiés en revues, anthologies ainsi que sur divers sites.
Pierre Laroche
Illustrateur de Adieu veau, vache, cochon, couvée…
Né le 02/08/1931 et est décédé le 03/03/2014

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Adieu veau, vache, cochon, couvée…"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 9536 ) [domains] => Array ( [0] => 10755 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Princesse Bryone

Il était une fois la Bryone, une plante toxique et magique aussi appelée navet du diable. Est-ce celle-ci qui donne son nom à cette jeune princesse et à la légende qui lui est attachée ? Une légende que revisite pour nous Ludovic Flamant sous la forme sombre du conte. Et comme dans tous les contes, il y a la princesse, le roi autoritaire et surtout la forêt obscure et tentatrice. Il y a aussi l’ombre de la folie qui plane sur les protagonistes. Une démence, une obsession attisées par le secret sylvestre que Bryone cherche à percer. C’est que Bryone se sent à l’étroit dans ce château, dans ce village où les cloches de l’église, lancinantes, résonnent en elle comme un chœur : Ô qu’as-tu vu Bryone ? Nous voulons voir aussi… Nous tournons avec avidité les quelques pages du volume, lecteurs impatients de savoir ce que les yeux de Bryone ont vu. On le sait, la forêt est le lieu fantastique et terrifiant où l’inanimé prend vie, où les perceptions se troublent pour faire surgir les dimensions cachées du féerique. Ô qu’as-tu vu Bryone ? Nous voulons voir aussi… Oui, Bryone, dis-nous ce que masquent les fourrés au fond du jardin. La lisière est proche. Allez vas-y ! Brave les interdits ! Défie les codes ! Nous serons à l’écoute, attendrons les dévoilements de ton inconscient révélé au contact de la nature mystérieuse. Bryone, as-tu, comme Blanche-Neige, souffert les arêtes tranchantes des arbres griffus ? Ou bien n’est-ce qu’une hallucination ? Allez, dis-nous ! Ô qu’as-tu vu Bryone ? Nous voulons voir aussi… Vous voulez savoir ? Une seule chose à faire, emprunter le même chemin que la princesse, la suivre à la trace, s’aider des images-collages de Sara Gréselle pour la pister et dévorer ces lignes …comme un ogre ! Rony Demaeseneer La Princesse Bryone est une enfant comblée : choyée et protégée, ses moindres désirs sont exaucés. Il n'empêche qu'elle est enfermée entre les hauts murs du château de son père, alors qu'à l'horizon la forêt se dresse, tentaculaire. L'histoire finira mal. Il nous est confié que ce « Cahier » a été réalisé d'après une légende transmise par l'artiste Goldrajch. On connaît Stephan Goldrajch pour ses performances textiles. Ses masques sont exposés dans le monde entier. La légende de la Princesse Bryone lui aurait été racontée dans un bus à Jérusalem. Elle serait originaire d'Europe de l'Est. Goldrajch s'en est emparé, exprimant l'espoir que « chaque année un nouvel artiste se l'appropriera et évoquera le monde extraordinaire disparu, dont la légende de Bryone transmet le souvenir ». Pour 2019 en tous cas, ce souhait se trouve brillamment rencontré! Même grâce dans les mots et dans les dessins, Princesse Bryone est une pépite que l'on devine portée avec la même ferveur par l'auteur, l'illustratrice et…

Poèmes pour mieux rêver ensemble

Sur leur site, les éditions Actes Sud junior présentent Poèmes pour mieux…