À propos de Pre


RÉSUMÉ
Pete Miller, un jogger vieillissant, a été l’ami de Steve Prefontaine, une légende du demi-fond américain. Arrivé à l’âge de la retraite, il décide de raconter – avec pour toile de fond la participation des Nifty Tortoises, son équipe de vétérans, au célèbre Hood to Coast Relay et l’histoire des États-Unis des années cinquante à nos jours –, l’épopée sportive de celui que ses supporters surnommaient « Pre ». Un athlète qui professait une haute opinion de son sport : « Selon Steve, l’important n’était pas la victoire, mais la manière. Gagner une course en la gérant, restant prudemment derrière pour démarrer dans le dernier tour, c’était bon pour les poules mouillées, pour les comptables. Ce n’était pas ainsi que lui, Steve Prefontaine, voyait la course. “Et comment la vois-tu, la course, toi, Plouc, avait demandé Bowerman ? – Comme une œuvre d’art, coach ! Une œuvre d’art.” ». Lui-même coureur émérite (ancien marathonien, il a réalisé 2h29' sur la distance), Daniel Charneux conjugue dans cette œuvre sa passion de l'écriture et celle du cross-country.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Daniel Charneux
Auteur de À propos de Pre
Daniel Charneux est né en 1955. C'est un romaniste ULg de la promotion 1976. Il a publié un recueil de nouvelles : Vingt-quatre préludes (2004) et huit romans que caractérisent habileté narrative et netteté du « phrasé » : Une semaine de vacance (2001), Recyclages (2002), Norma, roman (2006), Nuage et eau (2008), Maman Jeanne (2009), Comme un roman-fleuve (2012), Trop lourd pour moi (2014) et Si près de l’aurore (2018). Son œuvre poétique publiée se limite aux haïkus de Pruine du temps (2008) et de Si longues secondes (2010). Ces ouvrages ont séduit tant la critique que le public. C'est ainsi que Norma, roman a reçu le prix Charles Plisnier en 2007 et que Nuage et eau, finaliste du Rossel 2008, a obtenu en 2010 le prix France-Communauté française de Belgique décerné à Paris par l'Association des Écrivains de Langue Française. Si près de l’aurore, un roman historique inspiré par la vie tragique de Lady Jane Grey, a obtenu en 2019 le prix Gauchez-Philippot et le prix quinquennal du roman historique Alex Pasquier.  La palette de Daniel Charneux est large. Norma, roman met en scène une Marilyn Monroe qui ne serait pas morte en 1962, mais écouterait en boucle la Norma de Bellini dans le désert. Nuage et eau évoque subtilement les liens qui unirent deux personnages historiques du bouddhisme japonais : le moine Ryôkan et la moniale Teishin. Maman Jeanne narre avec tendresse les (dés)illusions d'une humble femme de chez nous.

NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Une bonne part des écrits de Daniel Charneux est consacrée à des évocations biographiques aussi diverses que celles de la pathétique Marylin Monroe, de l’humaniste Thomas More ou de Jane Grey, la très éphémère reine d’Angleterre. Cette fois, c’est vers le sport que se porte son éclectisme. Et en particulier vers la course à pied qui est, bien entendu, le « roi des sports » ainsi que tout sportif le professe au crédit de sa propre discipline. Avec À propos de Pre, c’est une légende de l’athlétisme américain, le champion olympique Steve Prefontaine, que Charneux ressuscite en enfilant les baskets de son narrateur Pete Miller présenté comme l’ami du coureur depuis l’enfance. Et qui partageait avec lui une même passion pour…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "À propos de Pre"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Traverses

Paraissent conjointement Traverses et Jours obscurs , deux œuvres posthumes de Jean-Claude…

Opérations biohardcores

Tu as 39 ans. Tu es auteurperformer, tu aimes ça, les mots à balancer sur la surface des choses, et à la face des gens, depuis quelques mois sur Facebook tu annonces des performances d’un genre hardcore, mais bio, c’est-à-dire vivant, dans la forêt, dans les étangs, dans les terrains vagues où tu nous convies à divaguer, ça a l’air fun, on ne sait pas très bien ce qui va avoir lieu, tu sors un livre intitulé Opérations biohardcores , on le lit, sur la couverture il y a ton nom: Antoine Boute, ok Antoine, on te lit et puis on se met à écrire comme toi à la deuxième personne du singulier, parce qu’en fait ton bouquin c’est un truc de chaman qui fait que le rythme reste dans la tête qui fait qu’on est porté par lui, genre contaminé, comme si en fait on allait se couvrir de feuilles rouges et jaunes en début de putréfaction dans une position qui offre le plus de contact possible avec la terre, ce qui n’est pas le plus pratique pour écrire un article qui parle de ton livre mais qui a le mérite de coller au propos, la tête pleine de ton verbe on commence donc par dire que tu t’appelles Antoine Boute et que tu viens de publier aux Petits matins à Paris un objet singulier comme toi qui es un peu un ovni et en même temps un type qui écrit. Lire aussi : Antoine, boute en train pornolettriste (…) en avant, déluge, destructurons les pensées et les actes, en avant pour l’évidence! Opérations biohardcores n’est pas ton premier livre, ta voix, on la reconnaît de loin, avec tes titres bizarres, genre S’enfonçant, spéculer , et c’est pareil dans ce livre-ci, tes noms de chapitres sont des mots qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, si ce n’est qu’ils s’y trouvent quelque part, dans le chapitre, et que tu les as piochés comme ça, le tout rend la lecture intrigante, enfin c’est mon avis, t’es un peu barré, on se dit. Tout comme tes personnages qui sont des gens des animaux politiques d’un genre nouveau, anarcho-mégalo-organiques, ou en devenir de, comme ce type qui te ressemble qui se pète la gueule à vélo en forêt en pleine nuit puis se fait pote avec un cheval anarchiste, ou cette meuf qui fait exploser un fast food, ou ce banquier un politicien un chef d’une chaîne de télé qui plaquent tout autour d’un tournage d’un reality-show sur le biohardcore, qui restent là étalés au pied des arbres dans la forêt, ces cons, ces vrais illuminés décrochant de la vie post capitaliste, ces nouveaux révolutionnaires réfugiés amorphes dans la nature et animés du rien ou du tout qui fourmille en elle, et puis des tas de gosses dont peut-être tes mômes (qui signent d’ailleurs les derniers chapitres de ton livre), par grappes, par tribus féroces et surtout vivantes, ou bien cet élan femelle aux hormones débordantes excitée par les sons issus de la gorge d’un poète entrepreneur de pompes funèbres expérimentales. Tu as 43 ans tu es cheffe d’une entreprise offrant des services d’assistance écosexuelle aux personnes handicapées, tu es basée aux abords d’un lac suédois à eau rouge excitante, inquiétante et très utile pour arroser le gigantesque potager que tu gères de concert avec les employées, employés et clients. “Immersion sexuelle, affective et agricole dans le grand corps généreux de dame Nature”, voilà le principe de ta petite entreprise. Les assistantes et assistants sexuels qui travaillent avec toi partagent tes qualités en plus d’être drôles et diablement intelligents, c’est un plaisir que d’être client chez vous. Enfin bref un jour tu prends le soleil nue sur ta terrasse en bordure de forêt lorsque soudain tu te sens observée; d’un brusque regard vers l’arrière tu surprends une petite armée de têtes d’enfants en train de disparaître derrière un bosquet. “N’ayez pas peur, venez venez mes petits” leur dis-tu nue, mais ils préfèrent dégager. Comme tu t’es levée tu en profites pour faire un tour au potager, en chemin tu croises un client trisomique et une assistante main dans la main, hilares, il fait beau il fait chaud, l’été bat son plein les oiseaux chantent. Les tableaux d’ Opérations biohardcores sont foutraques, décalés, défoncés à l’imagination ivre, déconnante, vraiment pas débile. On n’en attendait pas moins du nouveau livre d’Antoine Boute – sauvagement, finement et de manière tout aussi barrée illustré par Chloé Schuiten. Ça se lit aux Petits matins – collection « Les grands soirs », et c’est rempli de blagues, d’audaces formelles et conceptuelles, anti-consensuelles – soyons fous, c’est ce que semble nous dire Antoine Boute, et on ne lâche pas sa proposition tant sa langue est farce, ses embardées rigolotes, ses visions démentes, et on se prend au jeu en se marrant jusqu’à la page 141 (la dernière, en fait). (…) il faut être disponibles, dans le don, dans le don prostitutionnel, soyons…