Maylis Daufresne


PRÉSENTATION

Née le 20 septembre 1972 à Dakar, Sénégal

Maitrise de Lettres Modernes, Sorbonne, Paris DESS de français langue étrangère

Je travaille régulièrement pour les éditions Bayard où j’aborde des thèmes très variés : la magie, les relations frères-sœurs, les fantômes ou bien l’écologie). Dans mes albums, la nature a une place prédominante. J’aime aborder toutes sortes de sujets : la rencontre, la peur la nuit, la perte d’un ami, le dépassement de soi, et… bien d’autres encore !

Lauréate d’une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Découverte, 2018

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Pour prendre le temps, pour se poser, en douceur et poésie, il est des albums, à l’instar de Gabriel, de Maylis Daufresne et Juliette Lagrange, qui touchent tant par la justesse du texte que par l’illustration réconfortante. Gabriel est un album lénifiant, qui invite à se ressourcer.  C’est vendredi et Gabriel sort de l’école, la tête et l’esprit encombrés de tout ce qu’il a appris, vu, entendu. Il est fatigué de ces bruits, de ces mouvements, de ces informations, de ces sensations, de l’agitation ambiante.J’essaye de trouver une place, même une petite place, à l’intérieur de ma tête.Et il semble bien que sa maman soit tout aussi lasse ! Gabriel et sa maman se réjouissent donc de prendre la route…


Le Carnet et les Instants

« Zéphyr est grand et Éole est petite ». En plus d’être grand, Zéphyr est d’un blanc immaculé, possède de longues oreilles souples et ne se départit jamais d’un doux sourire. Et Éole, elle, est plus en rondeur, son pelage marron est recouvert de taches rose clair et un sourire identique se dessine sur son minois. Peut-être ce trait en commun scelle-t-il leur tendre amitié, ainsi que l’été, les étoiles et l’érable « qui éclabousse la clairière de rouge en automne » qu’ils aiment tous les deux. Mais il y a aussi toutes ces différences qui les rendent complémentaires et inséparables : l’un est posé et protecteur, l’autre est émotive et curieuse. En bref, ils s’adorent et ce, « […] depuis toujours, c’est-à-dire au moins…