Marianne Poncelet

PRÉSENTATION
Née le 18 mars 1959 à Bruxelles, Marianne Poncelet a vécu l'enfance sauvage et féérique de ceux qui côtoient les elfes, les oiseaux, les arbres et les ondines à Carlsbourg. C'est cet univers naturel qui a ouvert ses sens à la beauté, qu'elle recherche tout au long de son parcours. Après une licence en philologie romane et hispanique réalisée à l'Université de Louvain (Belgique), elle écrit des contes pour enfants dont quatre sont aujourd'hui publiés : "Saperli, le raton voyageur" chez Hemma, "Les enfants du rêve" chez Les 3 Orangers, "Romuar, un enfant de la terre et du ciel" chez De Vecchi - Les 3 Orangers et "L'arbre magique" chez l'éditeur hongrois Csimota. Ce dernier ouvrage est accompagné d'une musique inédite interprétée par l'Orchestre Philharmonique de Budapest. Après un bref séjour au coeur de l'enseignement (Ecole Supérieure des Interprètes de Marie-Haps - Bruxelles) où elle dispense des cours de traduction littéraire en français et en espagnol, elle rejoint le monde des arts en travaillant pour le célèbre musicien Yehudi Menuhin. Ensemble, ils créent la Fondation Internationale Yehudi Menuhin, dont le programme phare s'intitule MUS-E (prévention de la violence et du racisme par la pratique de tous les arts à l'école primaire en Europe) et qui existe aujourd'hui dans 15 pays d'Europe. Parlant plusieurs langues (français, anglais, espagnol, italien, portugais), adorant écrire sur tous les sujets mais particulièrement sur l'enfance et l'amour, Marianne Poncelet aime plus que tout le monde des arts. Si on lui demandait d'où elle tient cette attirance, elle dirait sans nul doute qu'elle lui vient de son père, homme des bois aux nombreux récits de chasse et de forêts, et de sa mère, femme des villes à la sensibilité aigüe et au goût raffiné. Si on lui demandait de se qualifier en une seule phrase, peut-être bien qu'elle dirait qu'elle est une romantique résolument passionnée, avec un coeur encore sauvage, prête pour toutes les batailles. Marianne Poncelet a une petite fille qui s'appelle Camille et qu'elle élève seule avec plaisir et courage. Parfois dans cet ordre. Parfois dans le désordre... Cette maternité arrivée à l'âge d'or de la quarantaine a peut-être été le plus beau cadeau de sa première partie de vie. www.marianneponcelet.be

BIBLIOGRAPHIE